JFHOD

CO89 - Facteurs prédictifs de non réalisation de la chimiothérapie adjuvante dans les adénocarcinomes gastriques et de la jonction engagés dans une stratégie péri-opératoire

Gronnier Caroline, Piessen Guillaume, Messager Mathieu, Crombé Thibault, Goéré Diane, Carrere Nicolas, Lefèvre Jérémie, Balon Jean Michel, Meunier Bernard, Brigand Cécile, Mabrut Jean Yves, Mariette Christophe

Introduction

La chimiothérapie péri-opératoire est le standard de prise en charge à visée curative des adénocarcinomes de l'estomac et de la jonction (AEJ). Cependant près de 50% des patients ne bénéficient pas de la chimiothérapie adjuvante (CTa) dans les essais randomisés. Afin d'optimiser la prise en charge, il est nécessaire (i) d'évaluer l'intérêt de la CTa sur la survie et (ii) d'identifier les facteurs prédictifs de sa non réalisation.

Matériels et Méthodes

A partir d'une base de données multicentrique ayant inclus 3202 AEJ entre 1997 et 2010, 438 patients consécutifs traités par chimiothérapie néoadjuvante suivie de chirurgie étaient éligibles à une CTa.

Résultats

La CTa n'a finalement pas été réalisée chez 148 patients (33,8%). La médiane de survie était plus longue chez les patients ayant reçu une CTa (26,8 versus 15,2 mois, p<0,001). Ce bénéfice de survie était observé après administration d'au moins 2 cycles de CTa, avec une médiane de survie de 29,5 mois vs. 10.6 mois pour moins de 2 cycles reçus (p<0,001). En modèle de Cox, l'administration d'une CTa était un facteur de bon pronostic (HR 0,6, IC 95% 0,4-0,8, p = 0,002). En régression logistique, les facteurs prédictifs de la non réalisation de la CTa étaient un âge > 60 ans (OR 2,4, p<0,001), une dénutrition au diagnostic (OR 1,8, p = 0,036), une toxicité de grade III-IV au traitement néoadjuvant (OR 2,7, p = 0,001), une exérèse chirurgicale étendue aux organes de voisinages (OR 2,0, p = 0,045), une oeso-gastrectomie totale (OR 2,7, p = 0,013) et la survenue de complications postopératoires après 30 jours (OR 2,3, p = 0,011).

Conclusion

Chez les patients porteurs d'un AEJ engagés dans une stratégie péri-opératoire, la CTa offre un bénéfice de survie. Les facteurs prédictifs de non réalisation de la CTa identifiés suggèrent, au-delà d'une optimisation nutritionnelle, d'intensifier la chimiothérapie néoadjuvante chez ces patients à risque de non réalisation de la CTa.