JFHOD

CO.44 - Fertilité et fonction hormonale après CHIP : résultats et prise en charge

C. Tantardini, I. Sourrouille, P. Dartigues, M. Gelli, L. Benhaim, A. Mariani, A. Maulard, V. Boige, C. Poirot, D. Goéré

Introduction

La chirurgie de cytoréduction complète (CRS) suivie de chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (CHIP) pour carcinose péritonéale intègre fréquemment une ovariectomie bilatérale, ayant pour conséquence une infertilité et une privation hormonale précoce et brutale. L’objectif de ce travail était d’évaluer le devenir de la fonction ovarienne chez les patientes âgées de moins de 40ans après CRS-CHIP.

Patients et Methodes

: Quatre-vingt-sept femmes (18-40ans) ayant eu une CRS-CHIP entre 1996 et 2016 ont été incluses. Chez les patients exprimant un désir de grossesse, les ovaires macroscopiquement sains étaient préservés (confirmation extemporanée), sinon une cryopréservation après ovariectomie bilatérale était réalisée. Les données de fertilité, fonction hormonale et qualité de vie étaient recueillies par des questionnaires spécifiques.

Résultats

Fertilité: Parmi 37 femmes ayant un désir de grossesse, 34 sont vivantes sans récidive. Dix-huit ont bénéficié d’une préservation de la fertilité : 14 par conservation d’au moins 1 ovaire (6 succès avec grossesse) et 4 par cryopréservation (2 greffes de stroma ovarien réalisées, sans grossesse mais avec retour de fonction hormonale).

Fonction hormonale: Parmi 63 femmes ayant eu une ovariectomie bilatérale, 25 sont vivantes sans récidive. Quatorze ont une qualité de vie altérée par les symptômes de la ménopause ; un traitement substitutif a été instauré chez 13/25.

Discussion

Conclusion

La préservation de la fertilité est possible après CRS-CHIP et a permis de mener à terme une grossesse chez un tiers des patientes. En revanche, la prise en charge de la privation hormonale ne semble pas optimale et pourrait être améliorée par un suivi spécialisé systématique après CRC-CHIP.

Remerciements