JFHOD

CO0 - Histoire naturelle de la pancréatite liée aux mutations du gène CFTR (P-CF) : corrélation génotype-phénotype et comparaison à la pancréatite idiopathique (PI)

Lévy Philippe, Pelletier AL, Bienvenu T, O'Toole Dermot, Hentic O, Rebours Vinciane, Maire Frédérique, Aubert A, Vullierme MP, Hammel Pascal, Ruszniewski Philippe
Introduction

Les mutations du gène CFTR sont une cause connue de pancréatite aiguë ou chronique. L'histoire naturelle de la P-CF est inconnue de même que l'existence éventuelle d'une corrélation génotype-phénotype.
 

Patients et Méthodes

1) évaluer la fréquence des mutations du gène CFTR chez les malades adressés pour recherche étiologique d'une pancréatite non alcoolique non biliaire (PNANB) aiguë itérative ou chronique et la comparer à celle de la population générale ; 2) décrire l'histoire naturelle de la P-CF en fonction du type de mutation ; 3) la comparer à celle de la PI. Tous les dossiers des malades adressés entre 1998 et 2005 pour PNANB étaient analysés. Toutes les autres causes de pancréatite étaient cherchées. Après consentement du malade, une mutation CFTR était cherchée par une technique de liaisons de sondes oligonucléotidiques pour les 31 mutations les plus fréquentes puis par un séquençage complet en cas de positivité. Les malades ayant une mutation CFTR (groupe P-CF) et ceux chez lesquels aucune cause n'a été trouvée (groupe PI) font l'objet de ce travail.
 

Résultats

Parmi 243 malades, 50 étaient porteurs d'une mutation CFTR (21 %, vs 4 % dans la population générale ; p < 0,0001) et 50 malades constituaient le groupe PI (aucune cause trouvée). Les anomalies génétiques étaient : au moins une mutation majeure (ex : F508) (n = 16), au moins une mutation mineure (ex : S1235R) (n = 20), un polymorphisme du gène non connu comme pathogène (n = 14). Aucun patient n'avait de signes cliniques de mucoviscidose sauf 1 (agénésie des vasa deferens). L'âge médian au 1er symptôme dans les groupes P-CF et PI était respectivement 40 et 34 ans. La durée du suivi était 4 et 3 ans. La maladie était révélée par une pancréatite aiguë chez 76 et 74 % (NS) des patients avec un stade TDM de Balthazar ≥ 4 chez 24 % et 14 % (p < 0,05). La fréquence des autres manifestations de la pancréatite n'était pas différente dans les 2 groupes : chiffres P-CF : signes de PC : 54 % dont calcifications : 36 %, pseudokystes : 26 %, sténose biliaire : 4 %, traitement endoscopique ou chirurgical : 28 %, insuffisance endocrine et exocrine : 12 et 10 %. La fréquence des ces manifestations ne variait pas significativement en fonction du type de mutation CFTR.
 

Conclusion

Les P-CF se révèlent à un âge relativement tardif. Leurs manifestations ne sont pas différentes de celles de la PI. Elles sont une cause de pancréatite aiguë nécrosante. L'évolution vers la PC calcifiée est fréquente. Il n'y a pas de corrélation génotype-phénotype.