JFHOD

CO.06 - Impact de l'antibioprophylaxie et des modalités de conditionnement lors de la réalisation d'une myotomie per-orale endoscopique pour troubles moteurs oesophagiens

A. Hastier, R. Olivier, I. Bentellis, M. Pioche, T. Piche, T. Ponchon, E. Coron, M. Barthet, G. Vanbiervliet

Introduction

Aucune recommandation concernant l’antibioprophylaxie, les modalités de préparation et le conditionnement sont disponibles chez les patients porteurs de troubles moteurs œsophagiens bénéficiant de myotomie orale per endoscopique (POEM). Le but principal de notre étude était d’évaluer l’impact de l’antibioprophylaxie sur la survenue de complications lors de la réalisation d’un POEM. Les objectifs secondaires étaient : i) d’établir une corrélation entre l’utilisation de l’antibioprophylaxie et l’efficacité du geste ; ii) d’établir une corrélation entre le conditionnement pré procédure et la survenue de complications ; iii) de rechercher des facteurs prédictifs cliniques et biologiques de complications.

Patients et Methodes

Il s’agit d’une analyse rétrospective comparative et multicentrique d’une base de données colligée prospectivement. Les données ont été recueillies de décembre 2013 à juin 2018 au sein des centres hospitaliers universitaires de Nice, Nantes, des hospices civils de Lyon, et de l’assistance publique des hôpitaux de Marseille. Les patients inclus étaient tous majeurs, atteints d’un trouble moteur œsophagien confirmé par une manométrie œsophagienne préalable et ont bénéficié d’un POEM. Deux groupes de patients ont été constitués et analysés en fonction ou non de l’administration d’une antibioprophylaxie. Le critère de jugement principal était la survenue de complications postopératoires, selon la classification de Cotton, en fonction de l’administration ou non d’une antibioprophylaxie. Les valeurs des leucocytes et de la CRP étaient relevées le lendemain du geste. Les critères de jugement secondaires étaient basés sur l’évaluation du score Eckardt à J30 en fonction de l’antibioprophylaxie, la survenue de complications per et postopératoires, selon la classification de Cotton, en fonction des mesures de conditionnement. Chaque malade avait déclaré sa non opposition à l’utilisation de ses données.

Résultats

Un total de 226 patients (âge médian 52,7 ± 19,57 ans [18-105], 116 femmes [51,3%]) a été inclus. L’indication du POEM était une achalasie de type 2 dans la plupart des cas (n=135, 60,3%) et les patients étaient le plus souvent naïfs de tout traitement (n=136, 60,2%). Le score moyen d’Eckardt pré-POEM était de 6,94 ± 2,26 [2-12]. La durée moyenne d’hospitalisation était de 3,46 ± 2,68 jours [1-25]. Les 2 groupes de patients étaient comparables en termes d’âge, de sexe, d’IMC, d’administration d’antibiothérapie dans le mois précédent le POEM, de traitement préalable, de sévérité de la maladie (score Eckardt pré-POEM), de durée de procédure, de longueur de myotomie et de nombre de clips posés. Une antibioprophylaxie peropératoire fut administrée à 170 patients (75,2%), pendant une durée moyenne de 3,93 ± 3,46 jours [1-21]. Le taux global de complications était de 18,1% (14 complications légères, 7 modérées et 5 sévères selon la classification de Cotton). Aucun décès ne fut observé. L’utilisation de l’antibioprophylaxie n’avait pas d’impact sur la sévérité et la gravité des complications (p=0,113), ni sur leur survenue per ou post-opératoire (p=0,809). La survenue ou non de complications n’influençait pas l’efficacité du geste (p=0,519). La prise d’IPP pré-thérapeutique n’avait pas d’impact sur la survenue de complications en analyse uni et multivariée (p=0,513). La réalisation d’un régime liquide dans les 48h précédant le geste était significativement associée à une diminution du risque de complication (p<0,001). Une élévation supérieure ou égale à 80 mg/l de la CRP à J1 était prédictive de la survenue de complication avec une spécificité de 95%, une sensibilité de 39%, une valeur prédictive négative de 88% et une valeur prédictive positive de 64% (AUC : 0,32).

Discussion

Conclusion

L’administration d’une antibioprophylaxie intraveineuse de manière systématique lors de la réalisation d’un POEM n’a pas d’impact sur la survenue de complications, sur leur sévérité ou sur l’efficacité du geste. Une valeur de CRP au seuil de 80 mg/L le lendemain de la procédure pourrait être un facteur prédictif de la survenue de complications postopératoires.

Remerciements