JFHOD

C.134 - Impact de l’épidémie de Covid-19 sur la prise en charge des patients atteints de MICI : étude prospective ancillaire nichée dans la cohorte européenne prospective I-CARE

A. Amiot, J.F. Rahier, F. Baert, V. Abitbol, S. Nahon, P. Bossuyt, C. Reenaers, L. Peyrin-Biroulet, L. Beaugerie

Introduction

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les informations sur l’impact du COVID-19 ont été essentiellement étudiés au sein de cohorte épidémiologique ou à partir de cas incidents sans notion de dénominateur. Le but de cette étude était donc d’étudier les consequences de l’épidémie de COVID-19 sur la prise en charge des atteints de MICI, au sein de la cohorte européenne prospective I-CARE.

Patients et Methodes

L’étude I-CARE a recruté 13469 patients atteints de MICI entre Mars 2016 et Avril 2019 et suivis par 500 investigateurs dans 15 pays européens (https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02435550). Tous les patients inclus ont rempli un questionnaire électronique mensuel permettant de collecter les traitements en cours, les examens d’imagerie et d’endoscopie, un score d’activité clinique, une éventuelle hospitalisation et d’éventuels évènements indésirables. Entre Avril et Décembre 2020, tous les patients toujours suivis, ont également été sollicité pour remplir un questionnaire COVID-19 spécifique de façon à déterminer : s’ils avaient réalisé un test diagnostique pour le COVID-19 ; quel en était l’indication ; de quel type était ce test diagnostique il s’agissait ; et éventuellement la nécessité d’une hospitalisation pour COVID-19. Dans cette étude, nous avons inclus 5457 patients atteints de MICI, toujours suivis dans la cohorte I-CARE et ayant rempli au moins un questionnaire COVID-19. Tous les investigateurs de la cohorte ont également été contactés pour éventuellement des cas de COVID-19 incidents et des cas de COVID-19 sévères incidents (COVID-19 hospitalisés). Les données de la cohorte concernant les cas incidents de COVID-19 ont été comparé aux données de la population générale sur la même période (https://ecdc.europa.eu/en/covid-19). La réalisation des examens d’endoscopie et d’imagerie a été étudiée de façon mensuelle et comparé par rapport aux années 2019 et 2018. Les indices d’activité clinique et la poursuite des traitements en cours ont été comparé de façon mensuelle par rapport à Janvier et Février 2020.

Résultats

Au total, 233 (4,3%) cas de COVID-19 ont été rapportés dont 12 (0,2%) ont nécessités une hospitalisation. Aucun décès n’a été rapporté. Il était observé une augmentation modérée des cas de COVID-19 par rapport à la population générale (SIR = 1,18, IC95%[1,03-1,34], p = 0,009) mais pas de COVID-19 sévère (SIR = 0,69 ; IC95%[0,35-1,20], p = 0,93). Il n’existait pas d’impact des différentes thérapeutiques sur le risqué de COVID-19 et de COVID-19 sévère. Il était observé une diminution drastique des examens endoscopiques et des examens d’imagerie entre mars et mai 2020 par rapport aux années 2018 et 2019. Il n’existait aucune différence sur les indices d’activité clinique ainsi que sur d’éventuelles interruptions thérapeutiques sur toute l’année 2020.

Discussion

Conclusion

Nous avons observé une augmentation modérée de l’incidence des cas de COVID-19 chez les patients atteints de MICI sans augmentation des cas de COVID-19 sévère. Aucun impact des traitements en cours n’a été observée Les examens d’imagerie et d’endoscopie ont été réduits de façon drastique entre mars et mai 2020. La pandémie COVID-19 n’a pas été associé à un rebond de l’activité clinique ou d’interruption des traitements.

Remerciements