JFHOD

P.201 - Impact de l'hypnose par réalité virtuelle réalisée avant une endoscopie digestive sous sédation sur le niveau d'anxiété pré-opératoire

S. Marguerite, M. Baron, J. Marcantoni, L. Profumo, A. Charrault, A. Derlon, B. Dirrenberger, O. Gronier, J. Lacroute, J. Huppertz, P. Lévy

Introduction

L’anxiété préopératoire (APO) avant une intervention sous anesthésie générale est fréquente (60-80%) et  associée à un réveil plus lent, plus compliqué et plus douloureux (1). Avant une endoscopie digestive, les principaux facteurs de risque d’APO sont : le cancer, le tabagisme, les troubles psychiatriques (anxio-dépressifs notamment), la douleur préopératoire modérée à intense et le sexe féminin. L’hypnose préopératoire réalisée par un hypnothérapeute améliore le confort des patients (moins d’anxiété, moins de douleurs) et facilite la réhabilitation en diminuant la durée de séjour en salle de surveillance post interventionnelle (SSPI) (2). L’hypnose par réalité virtuelle (HRV) ne nécessite aucune formation spécifique et associe 3 principes : l’hypnose conversationnelle couplée à la musicothérapie et l’immersion dans un univers relaxant en 3D l’aide d’un casque de réalité virtuelle.  

Notre objectif était d’évaluer l’impact de l’HRV réalisée avant une endoscopie digestive ambulatoire sous sédation sur le niveau d’APO. 

Patients et Methodes

Notre étude prospective a inclus 14 patients programmés pour une endoscopie digestive sous sédation profonde en ambulatoire. Le critère d’inclusion était un niveau élevé d’APO  avant la procédure définit par un score APAIS (Amsterdam Preoperative Anxiety and Information Scale) supérieur à 10 avant la consultation d’anesthésie. Les critères d’exclusion étaient : les troubles cognitifs ou psychiatriques, le refus du patient, la barrière linguistique. Les patients étaient convoqués 45 min avant l’examen afin de réaliser une séance d’HRV de 20 min pendant laquelle ils étaient perfusés par l’IDE en SSPI. L’apprentissage à l’utilisation du matériel consistait en une manipulation préalable par chaque IDE. Les niveaux d’anxiété (A), de douleur (D) et de confort (C) étaient recueillis à 3 temps (t1 : avant la séance d’HRV, t2 : après la séance d’HRV et avant l’examen, t3 : après l’examen à la sortie de SSPI) et évalués par les patients sur une échelle numérique (de 0=pas du tout à 10= maximum). La satisfaction globale par auto-évaluation de la prise en charge était recueillie à t3 (de 0=pas satisfait à 10=très satisfait). L’analyse statistique a été réalisée par appariement de moyennes. Le critère de jugement principal était l’impact d’une séance d’ HRV sur la diminution du niveau d’APO.

Résultats

Notre groupe (n=14) était constitué de 100% de femmes d’âge moyen 41 ans [19-67 ans] avec un score d’anxiété APAIS moyen de 13,5 [11-18]. Les examens réalisés étaient : 5 gastroscopies, 3 coloscopies, 5 gastro coloscopies et 1 gastroscopie couplée à une échoendoscopie haute. Le niveau d’anxiété était significativement diminué après la séance d’HRV (At1=8,1 ± 1,6 versus At2=4,9 ±2,5 ; p=0,001) pour atteindre un score At3 de 0,2±0,7 (At2 versus At3 : p<0,001). Cela concernait notamment l’anxiété préalable liée à la pose du cathéter de perfusion. Aucun patient n’a présenté de douleurs modérées à intenses (Dt1=1,4±2,1 ; Dt2=2,0±2,9 et Dt3=0,5±1,2). Le niveau de douleur était diminué de manière significative entre t2 et t3 (p= 0,02). Les scores de confort augmentaient progressivement de t1 à t3 (Ct1=6,5±3,6 ; Ct2=7,6±2,2 ; Ct3=9,0±1,7) avec une différence statistiquement significative entre t2 et t3 (p=0,04). La satisfaction globale moyenne de la prise en charge était évaluée à 9 [6-10].

Discussion

Conclusion

La réalisation d’une séance d’HRV avant un examen endoscopique sous sédation diminue significativement le niveau d’APO. L’HVR s’est intégré dans notre parcours de soin sans impacter sur le fonctionnement de notre centre ambulatoire. Son impact sur la réhabilitation post-interventionnelle dans le cadre de l’endoscopie digestive diagnostique et surtout interventionnelle, devra être évalué dans une étude contrôlée randomisée. 

Remerciements