JFHOD

CO.102 - Impact de potentiels facteurs de risque après une transplantation hépatique - Etude française sur 11 004 patients

M. Altieri, O. Seree, T. Lobbedez, P. Segol, S. Dharancy, X. Blaizot, G. Launoy, J. Dumortier

Introduction

 Les cancers de novo post transplantation hépatiques (TH) représentent une des principales causes de mortalité tardive post TH avec un risque de cancer 2 fois supérieur à la population générale. Pour les patients transplantés du foie en France nous avons recherché l’impact de facteurs étiologiques et pronostiques associés à la survenue d’un cancer de novo chez les patients ayant bénéficié d’une transplantation hépatique (TH). Nous avons voulu voir la relation entre les caractéristiques des receveurs et les donneurs, et l’apparition du cancer de novo post-TH.

Matériels et méthodes

 Cette étude de cohorte basée sur une population incluant toutes les primo transplantations hépatiques réalisées en France du 1er Janvier 2000 au 31 Décembre 2013 (n=11004). L’étiologie des cancers et décès a été analysé avec le modèle de Cox et une extension du modèle de Cox adaptée à l’identification de facteurs pronostiques dans un contexte de risques compétitifs a été utilisée.

Résultats

 Sur les 11004 greffés adultes entre 2000 à 2013 n’ayant jamais présenté de cancer pré-greffe, 1480 ont déclaré au moins un cancer de novo post-greffe. L’âge médian des patients sans cancer post-greffe sur la période est de 53,81 ans, l’âge médian des patients avec un cancer était de 54,16 ans. La durée médiane (interquartile) de suivi est de 3,55 (1,04-7,18) ans pour les patients n’ayant pas de diagnostic de cancer post-greffe et 3,59 (1,10-7,04) ans pour les patients développant un cancer de novo post-transplantation.

 Les facteurs étiologiques de cancer et de décès observés sont l’âge, le sexe, le type de donneur, la maladie initiale, le premier traitement et le nombre total de transplantions. Concernant les maladies initiales, en multivarié nous avons observé, que les tumeurs hépatiques (HR=1.99), les cholangite sclérosante (HR=1.88), les cirrhoses alcoolique (HR=1.55) et les cirrhoses viral C (HR=1.54) sont des facteurs d’apparition de cancer comparé à la maladie initiale métabolique.

 Nous avons observé une augmentation significative du risque pronostic de cancer Subdistribution Hazard Ratio (SHR)=1,03 avec l’âge. Les femmes ont un risque significativement moins élevé que l’homme de déclarer un cancer post TH. Les maladies initiales Cirrhose alcoolique, auto-immune, autres cirrhose et tumeur hépatiques ont un risque significativement plus élevé de développer un cancer. Concernant les traitements, il n’y a pas de différence significative entre les différents traitements de chaque classe sur la survenue d’un cancer de novo.

Discussion

Conclusion

 En conclusion, l'âge, le sexe, la cirrhose OH, la maladie auto-immune, d'autres cirrhoses et la tumeur hépatique de TH étaient des facteurs pronostiques de risque de malignités post-LT de novo. L'âge, le sexe, la maladie métabolique, la cirrhose virale C, les tumeurs hépatiques, les anticorps anti-lymphocytaires et les retransplantations étaient associés à une survie plus médiocre.

Remerciements

Nous remercions A. Abergel, O. Boillot, F. Conti, O. Chazouillères, M. Debette-Gratien, D. Debray, A. Delarue, S. Dharancy, F. Durand, C. Duvoux, C. Francoz, J. Gugenheim, J. Hardwigsen, G  Hery , P. Houssel-Debry, E. Jacquemin, N. Kamar, G. Lamblin, M. Latournerie, P. Lebray, V. Leroy, A. Minello, M. Neau-Cransac, G.-P. Pageaux, S. Radenne, E. Salamé, D. Samuel, F. Saliba, C. Vanlemmens, ML. Woehl-Jaegle et l'agence de la biomédecine pour leur aide précieuse dans cette étude.