JFHOD

P0 - Impact des conférences de consensus sur la prise en charge du cancer colorectal : étude de population

Borie Frédéric, Tretarre B, Daurés JP
Objectif

Aucune étude n’a évalué l’impact des recommandations des conférences de consensus du cancer du rectum (1994) et du colon (1998) sur les pratiques médicales. L’objectif de cette étude est de comparer la prise en charge des cancers colo-rectaux (CCR) avant et après la diffusion des recommandations des deux conférences de consensus.

Patients et Méthodes

A partir des cas incidents de CCR de l’année 1992 (n = 344) et ceux de l’année 2000 (n = 545) du département de l’Hérault, un recueil exhaustif des données épidémiologiques, clinico-pathologiques et du traitement a permis de comparer les prises en charge des CCR des années 1992 et 2000.

Résultats

La répartition du stade anatomopathologique de Dukes et le taux des formes compliquées (péritonite, occlusion) étaient identiques durant ces deux années. En revanche, la moyenne d’âge était plus élevée en 2000 (69 ans en 1992 vs 72 ans en 2000) . La mortalité post-opératoire avait diminué de façon non significative (4 % en 1992 et 2.8 % en 2000) . Pour les cancers du colon (n = 244 en 1992 et n = 396 en 2000), 27.5 % des malades en 1992 et 65 % en 2000 (p<10-3) avait au moins huit ganglions examinés. Une chimiothérapie était plus souvent réalisée pour les stades C et D de Dukes après la conférence de consensus : 46 % en 1992 et 55 % en 2000 pour les stades C, et 39 % en 1992 et 67 % en 2000pour les stades D. Cette augmentation était aussi présente pour les stades B (23 % des patients en 1992 et 30 % en 2000) . Pour les cancers du rectum (n = 100 en 1992 et n = 149 en 2000) une radiothérapie a été réalisée chez 59 % des malades en1992 et 53.4 % en 2000 (p = 0.14) . La radiothérapie était réalisée en pré-opératoire dans63 % des cas en 1992 et dans 75 % des cas en2000 (p = 0.7) . En 1992, la radiothérapie pré-opératoire était pratiquée dans45 % des stades A de Dukes, 38 % des stades B, 40 % des stades C et 42 % des stades D. En 2000, 39 % des stades A, 50 % des stades B, 48 % des stades C et 31 % des stades D avaient une radiothérapie pré-opératoire.

Discussion

Conclusion

Les recommandations ont permis une modification des pratiques de la prise en charge thérapeutique du CCR mais la radiothérapie et la chimiothérapie restent encore trop souvent utilisées en dehors des indications des conférences de consensus.