JFHOD

P.155 - Impact pronostique des dépôts tumoraux dans l’adénocarcinome rectal à partir d’une série monocentrique de 505 cas

O. Benoit, M. Svrcek, M. BOUQUOT, A. Chaline, N. Chafai, C. Debove, Y. Parc, J. Lefèvre

Introduction

Les dépôts tumoraux (DT) sont un facteur pronostic péjoratif dans le cancer du côlon mais leur impact dans le cancer du rectum reste moins étudié. L’objectif était d’étudier l’impact pronostique des DT dans l’adénocarcinome du rectum.

Patients et Methodes

Toutes les résections rectales pour cancer (2011-2016) ont été analysées. Les facteurs associés aux DT, la survie globale (SG) et la survie sans récidive (SSR) ont été analysés.

Résultats

505 patients ont été inclus (homme : 62,4% ; 63,3±12,7 ans). 54,4% ont eu une radiothérapie néoadjuvante. Des DT étaient retrouvés chez 19,6% des patients et 7,3% étaient N1c.

Les DT étaient associés à des métastases synchrones (OR=3,17; p=0,003), un stade pT3-T4 (OR=2,24 ; p=0,037), un statut ganglionnaire N+ (OR=1,83 ;p=0,041), la présence d’emboles veineux (OR=2,07 ; p=0,025) et d’engainements péri-nerveux (OR=2,70 ; p=0,001).

La SSR était diminuée chez les patients N1c par rapport aux patients pN0 (51,2% vs 79,8%; p<0,001) et N1 sans DT  (51,2% vs 70,1%; p=0,022) La SSR en présence de DT était diminuée chez les patients pN1 (35,1% vs 70,1% ; p=0,004) mais pas si la lésion était pN2 (37,5% vs 44,7% ; p=0,650). Ces résultats sont confirmés après exclusion des métastases synchrones.

Après appariement sur les facteurs pronostiques associés aux DT, la SSR restait significativement altérée chez les patients N1c par rapport aux patients N0 (58,6% vs 82,4%; p=0,035) mais n’était plus significativement diminuée chez les patients pN1 (40,1% vs 64,2% ; p = 0,153). Les patients avec 1 DT unique avaient une SSR diminuée par rapport aux patients avec un ganglion envahi unique (40,8% vs 81,3% ; p<0,001).

Discussion

Conclusion

Les patients avec DT ont un pronostic très péjoratif, principalement métastatique et doivent être considérés comme à haut risque métastatique comparable à celui d’un envahissement ganglionnaire pN2.

Remerciements