SNFGE SNFGE
 
Thématique :
- Pancréas/Voies biliaires
Originalité :
Intermédiaire
Solidité :
A confirmer
Doit faire évoluer notre pratique :
Pas encore
 
 
Nom du veilleur :
Docteur Marine CAMUS DUBOC
Coup de coeur :
 
 
Gastroenterology
  2018/11  
 
  2018 Nov;155(5):1474-1482.e1.  
  doi: 10.1053/j.gastro.2018.07.033.  
 
  Increased Levels of Branched-Chain Amino Acid Associated With Increased Risk of Pancreatic Cancer in a Prospective Case-Control Study of a Large Cohort.  
 
  Katagiri R, Goto A, Nakagawa T, Nishiumi S, Kobayashi T, Hidaka A, Budhathoki S, Yamaji T, Sawada N, Shimazu T, Inoue M, Iwasaki M, Yoshida M, Tsugane S  
  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30076838  
 
 

Abstract

BACKGROUND & AIMS:

A marker is needed to identify individuals at risk for pancreatic cancer. Increases in branched-chain amino acids (BCAAs) have been associated with pancreatic cancer. We performed a prospective case-control study to study the association between plasma BCAA levels and risk of pancreatic cancer in a large cohort.

METHODS:

We conducted a nested case-control study selected from 30,239 eligible participants 40-69 years old within the Japan Public Health Center-based prospective study. Over 16.4 years, 170 newly diagnosed pancreatic cancer cases were identified. Each case was matched to 2 controls by age, gender, geographic area, and fasting time at blood collection. Adjusted odds ratios (ORs) and 95% confidence intervals (CIs) for pancreatic cancer were calculated using conditional logistic regression models with adjustment for potential confounding factors.

RESULTS:

Increased plasma BCAA levels at baseline were associated with an increased risk of pancreatic cancer. Compared with the lowest quartile of BCAA levels, the OR in the highest quartile was 2.43 (95% CI 1.21-4.90), and the OR per 1 SD increase in BCAA levels was 1.32 (95% CI 1.05-1.67). The association was especially strong for cases with blood samples collected at least 10 years before cancer diagnosis (OR per SD 1.60, 95% CI 1.10-2.32) compared with those detected less than 10 years before diagnosis (OR per SD 1.16, 95% CI 0.86-1.57).

CONCLUSIONS:

In an analysis of data from the Japan Public Health Center-based prospective study, we found an association between increased plasma BCAA level and increased risk of pancreatic cancer-particularly when the increase in BCAAs was observed at least 10 years before diagnosis. These findings add to the growing body of evidence for the association between BCAA levels and pancreatic cancer risk.

 

 
Question posée
 
Est-ce que le dosage sanguin des acides aminés ramifiés (AAR) est un marqueur prédictif de cancer du pancréas ? Les AAR sont la leucine, l’isoleucine et la valine.
 
Question posée
 
Cette étude a inclus deux cohortes prospectives de patients âgés de 40 à 59 ans, résidant au Japon. De 1990 à la fin de 2009, 170 cas de cancer du pancréas nouvellement diagnostiqués (suivi médian à 10,1 ans) et 340 témoins ont été inclus dans cette analyse à partir de ces deux cohortes (0,2% des perdus de vue). La mesure des taux plasmatiques de leucine, d'isoleucine et de valine a été réalisée par chromatographie en phase liquide et spectrométrie de masse. Dans cette cohorte prospective, une association significative a été observée entre l'augmentation des taux plasmatiques d’AAR et le risque accru de cancer du pancréas, en particulier lorsque l'augmentation du taux d’AAR était observée 10 ans ou plus avant le diagnostic.
 
Commentaires

Le nombre de cas est très limité dans cette étude.

Il est difficile d’expliquer pourquoi le dosage est plus significatif 10 ans ou plus avant le diagnostic et pas plus proche de la date de diagnostic du cancer. Il paraît difficile de dépister et surveiller les patients plus de 10 ans, pour une suspicion de cancer du pancréas, sur un dosage sanguin.

Le mécanisme exact responsable de l'association entre les concentrations d’AAR et le risque de cancer du pancréas n'a pas été complètement élucidé.

L’une des explications possibles de cette association pourrait être que, les taux plasmatiques d’AAR sont d’excellents marqueurs de l’obésité, de la résistance à l’insuline et du développement du diabète, facteurs de risque du cancer du pancréas.

Il paraît donc peu probable que ce marqueur sans amélioration notable devienne une aide au diagnostic de cancer du pancréas.

 
www.snfge.org