JFHOD

P.488 - Intérêt de demander l’effet de bains d’eau chaude sur les vomissements

F. Wuestenberghs, C. Melchior, C. Desprez, A.M. Leroi, G. Gourcerol

Introduction

Le soulagement des vomissements par les bains ou douches d’eau chaude est un critère renforçant le diagnostic de syndrome cannabinoïde selon Rome IV. Ce comportement ayant également été décrit chez des patients souffrant du syndrome de vomissements cycliques ou du syndrome de nausées/vomissements chroniques (1), la question de son intérêt vis-à-vis du diagnostic du cannabinoid hyperemesis syndrome reste en suspens. Notre but était d’évaluer la sensibilité et la spécificité de la présence de ce comportement vis-à-vis de la consommation de cannabis dans une population se plaignant de vomissements sans substrat organique.

Patients et Methodes

1106 patients consécutifs présentant des symptômes digestifs hauts sans substrat organique ont complété un auto-questionnaire basé sur les critères de Rome IV entre décembre 2017 et juin 2019. 218 patients souffrant de vomissements chroniques ont été étudiés. La consommation de cannabis était établie sur base de la déclaration du patient, éventuellement complétée par une analyse urinaire ou sanguine dans certains cas. Il a également été demandé si les vomissements étaient améliorés par les bains ou douches chaud(e)s, et si ceux-ci ont un caractère cyclique. Les caractéristiques des patients ont également été analysées.

Résultats

Parmi les 218 patients se plaignant de vomissements chroniques, 74 (33,94%) remplissaient les critères de Rome IV pour le syndrome de vomissements cycliques, 9 (4,13%) étaient consommateurs de cannabis et 135 (61,93%) avaient des vomissements chroniques sans être consommateurs de cannabis.

Les consommateurs de cannabis étaient plus jeunes (âge moyen de 28,00 vs 46,53 ans, p = 0,0001) et avaient un BMI plus faible (23,27 vs 26,10 kg/m², p = 0,043) que les non-consommateurs. La qualité de vie n’était pas différente chez les consommateurs de cannabis (GIQLI de 64,17 vs 75,81 points, p = 0,11). Le score d’anxiété-dépression était également identique (HADS : 20,89 vs 16,01 points, p = 0,11).

Sur l’ensemble des patients se plaignant de vomissements chroniques, 3 étaient soulagés par les bains chauds (1,38%). Les 3 patients soulagés par les bains chauds étaient tous consommateurs de cannabis (spécificité de 100% [IC 95% : 98,25-100,00]), sur un total de 9 patients (sensibilité de 33,33% [IC 95% : 7,49-70,07]). La valeur prédictive négative de ce comportement vis-à-vis de la consommation de cannabis était de 97,21% [IC 95% : 94,03-98,97] et la valeur prédictive positive de 100% [IC 95% : 29,24-100,00]. L’indice de Youden était de 0,33. Ce comportement était fortement associé à la consommation de marijuana (OR 225,6, IC 95% 10,53-4836, p < 0.0001). Les vomissements étaient cycliques dans une proportion similaire qu’il y ait ou non consommation de cannabis (55,56 vs 52,15% respectivement, p = 1,00).

Discussion

Conclusion

Le soulagement des vomissements par des bains ou douches chaud(e)s doit faire suspecter une consommation de cannabis. Ce comportement doit rester un critère accessoire du diagnostic de vomissements liés au cannabis vu son manque de sensibilité. Une étude évaluant ce comportement chez un plus grand nombre de vomisseurs chroniques avec recherche systématique de cannabinoïdes urinaires est souhaitable pour affiner la relation entre syndrome de vomissements cycliques et syndrome cannabinoïde.

Remerciements

Les auteurs remercient Gregory Mosni pour son aide technique et la collecte de données.