JFHOD

P29 - Intérêt de la calprotectine fécale sur la prise en charge des patients atteints de maladie de Crohn

Habes Sarah, Trang Caroline, Bruley des Varannes Stanislas, Bourreille Arnaud, Flamant Mathurin

Introduction

La calprotectine fécale est une protéine exsudée dans la lumière du tube digestif, retrouvée dans les selles en cas d'inflammation intestinale. Il existe une bonne corrélation entre sa concentration fécale et la sévérité des lésions endoscopiques. L'évaluation de la calprotectine chez des patients atteints de MICI pourrait influencer la prise en charge des patients.
L'impact du dosage de la calprotectine fécale sur la prise en charge des patients atteints de maladie de Crohn a été évalué rétrospectivement dans notre étude.

Patients et Méthodes

La calprotectine fécale a été dosée par méthode ELISA (Buhlmann) sur les selles fraiches de 42 patients atteints de maladie de Crohn. Un taux de calprotectine inférieur à 50 mg/kg était considéré comme normal, un taux supérieur à 200 mg/kg comme élevé, un taux compris entre ces deux bornes comme intermédiaire. Les données cliniques et démographiques ont été recueillies au moment du dosage. Pour chaque patient, les modifications des traitements et les examens endoscopiques ont été précisés dans les 6 mois suivant le dosage de calprotectine. Les coloscopies envisagées au moment du dosage de la calprotectine fécale n'ont été réalisées qu'après l'obtention des résultats.

Résultats

Quarante deux patients atteints de maladie de Crohn ont été inclus. Vingt-trois pourcent avaient un phénotype iléal (L1), 28% un phénotype colique (L2), et 49% un phénotype ileocolique (L3). Au moment du dosage, 44 % avaient des symptômes de diarrhée ou douleurs abdominales. Douze patients (29%) avaient une calprotectine inférieure à 50 mg/kg, 17 patients (40%) un taux intermédiaire et 13 patients (31%) supérieure à 200 mg/kg. Une coloscopie a été évitée dans les 6 mois suivant le résultat de la calprotectine chez 10 /12 patients (83%) du groupe « dosage normal », tandis qu'elle a été réalisée chez 5/17 patients (29%) du groupe intermédiaire et 6/13 patients (46%) du groupe « dosage élevé » . Une intensification thérapeutique a été effectuée chez 0/12 patients du groupe « normal », 5/17 patients (29%) du groupe intermédiaire et 6/13 patients (46%) du groupe « élevé » . Dans le groupe « élevé » cette intensification thérapeutique a été réalisée sans recours à une coloscopie d'évaluation chez 3/13 patients (23%).

Conclusion

Nos résultats suggèrent un impact de la calprotectine fécale sur la prise en charge des patients atteints de maladie de Crohn en évitant de façon très importante le recours à la coloscopie en cas de valeur normale et dans une moindre mesure en cas de valeurs élevée.