JFHOD

P.087 - Intérêt de la chimiothérapie post-opératoire dans les adénocarcinomes gastriques opérés ypT0-3N0 : une étude rétrospective multicentrique de l’AGEO

C. Juin, L.J. Palmieri, C. Gallois, S. Philonenko, P. Artru, I. Trouilloud, P. McLellan, A. de Malet, C. Coutzac, C. Smolenschi, O. Dubreuil, D. Deutsch, I. Baumgaertner, P. Danion, E. Rigault, R. Coriat

Introduction

La chimiothérapie péri-opératoire par docetaxel (50 mg/m2) + oxaliplatine (85 mg/m2) + 5-fluorouracile sur 24h (2600 mg/m2) (FLOT) est devenue depuis 2017 le nouveau standard thérapeutique des adénocarcinomes gastriques ou de la jonction oeso-gastrique localement avancés et résécables (Al Batran Lancet 2019). Les taux de réponses histologiques sont élevés avec le protocole FLOT (83% ≤ ypT3). Dans ce contexte se pose l’intérêt de la chimiothérapie post-opératoire dans ce schéma péri opératoire. L’objectif de cette étude était d’évaluer l'intérêt de la chimiothérapie post-opératoire sur la survie sans progression des cancers gastriques ypT0-3N0.

Patients et Methodes

Une étude rétrospective et multicentrique (14 centres français) coordonnée par l'AGEO a été réalisée entre le 01/01/2017 et le 01/06/2020 et a inclus les patients atteints d'un adénocarcinome gastrique ou de la jonction-oesogastrique résécables, traités par FLOT en néo-adjuvant, opérés et présentant sur la piéce opératoire une lésion ypT0-3N0. Deux groupes ont été constitués celui des patients traités par chimiothérapie adjuvante (groupe chimiothérapie) ou non (groupe surveillance). Les critères d’exclusion étaient les patients métastatiques d’emblés, les patients ayant bénéficié d’une résection endoscopique sans chirurgie, d’un traitement par radio-chimiothérapie néo adjuvante ou d’une chirurgie exclusive, et les patients décédés des suites de complications chirurgicales dans les 3 mois post opératoire. Le critère principal de jugement de l’étude était la survie sans récidive.

Résultats

Au total 120 patients ont été inclus et répartis dans le groupe chimiothérapie (n = 111) et surveillance (n = 9). Les patients du groupe surveillance étaient plus âgés (70 vs 59 ans) et avaient eu plus de diminution des doses de la chimiothérapie en pré opératoire (44,6 vs 28,8%). Il n'y avait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant la survie sans récidive (p = 0,2635) et la survie globale (p = 0,3617) avec des médianes de survie non atteintes. Par ailleurs, il n’a pas été retrouvé de variations de survie sans récidive et globale en fonction de la chimiosensibilité du cancer.

Discussion

Conclusion

Cette étude suggère que la chimiothérapie post opératoire ne semble pas apporter d’amélioration de la survie après traitement d’induction par FLOT et chirurgie carcinologique

Remerciements