JFHOD

C.136 - Intérêt de la recherche d’HLA DQ1A*05 pour prédire la réponse et l’immunogénicité aux anti-TNFα

Q. Tournier, A. Kennel, N. Williet, L. Bastide, P. Veyrard, S. Paul, X. Roblin

Introduction

L’anti Tumor Necrosis Factor (anti-TNF) est le traitement biologique le plus utilisé dans la prise en charge des Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI). Cependant la répétition des injections peut induire une immunogénicité et la perte de réponse au traitement. De récents travaux (1) ont permis d’identifier une augmentation du risque d’immunogénicité chez les patients porteurs du phénotype HLA DQ1A*05. Cette capacité à identifier les patients à risque d’échappement thérapeutique par phénomène d’immunogénicité pourrait donc faciliter le choix du traitement et la mise en œuvre de stratégies préventives.

Patients et Methodes

A l’aide de notre base de données des patients MICI suivis dans notre CHU, nous avons isolé 36 patients traités par Infliximab pour une MICI et dont nous connaissions l’évolution clinique 24 mois après l’induction du traitement ainsi que le dosage des anticorps anti infliximab (AAI) en période d’induction et au cours du suivi. Nous avons réalisé un phénotypage HLA pour individualiser les patients porteurs d’un ou deux allèles HLA DQ1A*05 après recueil de leur consentement. Dans un deuxième temps, nous avons étudié l’association entre le phénotype HLA DQ1A*05  et la présence d’AAI selon une technique Drug Tolerant (2) en période d’induction (S2) mais également l’association entre ce phénotype et l’échec thérapeutique au cours des 24 mois suivant l’induction, défini comme la nécessité d’arrêter le traitement en raison d’une perte de réponse clinique. Lors du suivi, un échec immunogène était défini par la présence d’anticorps anti IFX avec des taux indétectables d’IFX résiduels en technique drug sensitive (Elisa, Theradiag France).

Résultats

Notre population d’étude était composée de 36 patients avec un âge moyen de 42 ans. Dix patients avaient une RectoColite Hémorragique (RCH), 20 avaient une Maladie de Crohn (MC) et 6 une colite indéterminée. Seize patients étaient de sexe masculin, 22% avait un tabagisme actif. Chez ces 36 patients, 50% était en échec préalable à l’Adalimumab.

Sur les 36 patients, 15 étaient hétérozygotes (41,7%) et 2 homozygotes (5.6%) pour HLA DQ1A*05. Au cours des 24 mois de suivi, 30.6% des patients étaient en échec clinique sous Infliximab (IFX), 55.6% des patients avaient été optimisés et 13.9% développaient un échec immunogène.  Lors de l’induction à l’IFX, 22 patients étaient en combothérapie avec de l’Azathioprine dont 15 étaient HLA DQA1*05. Dans notre étude, l’échec thérapeutique de l’IFX était significativement associé au statut HLA DQA1*05, que le patient soit porteur d’un seul ou de deux allèles, OR=4.74 (p=0.05, IC95 [ 1.07 - 26.14 ]). En analyse bi-variée, la présence du HLA DQ1A*05 était significativement associé à une perte de réponse dans le suivi (Figure 1 et 2). Inversement, nous montrons l’absence d’association statistiquement significative entre HLA DQ1A*05 et l’apparition d’AAI dosés en Drug Tolerant en période d’induction (p=0.2, OR=2.27, IC95 [ 0.44 - 13.13 ]). Au cours du suivi, 5 patients étaient en échec immunogène sous IFX et seulement 2 patients étaient HLA DQ1*05.

Discussion

Les travaux récents de Sazanov (1) suggéraient sur de larges effectifs que le HLA DQ1A*05 était associé à l’immunogénicité développée par les patients contre leurs biothérapies et en particulier contre l’IFX. 

Dans notre étude le HLA DQ1A*05 est associé à l’échec thérapeutique en analyse bivariée. Inversement, le HLA DQ1A*05 n’était pas associé à la survenue d’un échec immunogène probablement en raison d’une petite population d’étude mais également de dosages réalisés selon une technique drug sensitive. 

Conclusion

Nos résultats montrent l’importance de la recherche  de l’allèle HLA DQ1*05 avant traitement par anti TNF pour proposer une schéma thérapeutique personnalisé. De nouveaux  algorithmes  de prise en charge prenant en compte cette recherche devraient se mettre en place chez ces patients. 

Remerciements