JFHOD

P.227 - Intérêt des dilatations endoscopiques dans la prise en charge de l’achalasie

R. Berraida, S. Jamal, S. Berrag, M. Tamzaourte, A. Aourarh

Introduction

L'achalasie est définie par un déficit, complet ou non, de la relaxation du sphincter inférieur de l'œsophage en réponse aux déglutitions et la disparition du péristaltisme œsophagien.

Les différents traitements proposés jusque là ne sont que symptomatiques cherchant à minimiser les anomalies motrices observées sur le corps œsophagien et, plus particulièrement pour les traitements endoscopiques, à lever l'obstacle sphinctérien.

Le but de notre étude est d’évaluer l’efficacité de la dilatation endoscopique chez les patients présentant une achalasie pris en charge au sein de notre service. 

Patients et Methodes

Il s’agit d’une étude rétrospective menée au sein de notre service sur une période de 9 ans entre janvier 2010 et décembre 2018.

Ont été inclus 28  patients ayant une achalasie dont le diagnostic était  retenu sur un ensemble d’arguments cliniques, endoscopiques, manométriques. 

L’efficacité du  traitement a été jugée par le Score d’Eckart.

L’échec était défini par l’absence d’amélioration après un nombre de dilatation >3.

 

Résultats

L’âge moyen de nos patients est de 44 ans [18-70 ans] avec un sexe ratio de 0,75

La dysphagie était Le maitre symptôme présent chez tous nos malades, suivie d’amaigrissement présent chez 46,42% des malades.

Le  score moyen d’Eckart avant la réalisation de la dilatation était de 5,5.

La fibroscopie œso-gastro-duodénale a été réalisée chez tous les patients et avait mis en évidence un ressaut positif dans 82,14%.

La manométrie a été réalisée chez tous nos malades et a confirmé le diagnostic d’achalasie dans tous les cas.

Nous avons réalisé un total de 58 séances de dilatation pneumatique par ballonnet. Avec comme moyen 2,07 séances par patient (1-5).

24 malades (85,71 %) ont présenté une rémission après moins de 4 séances. Seuls 4 malades (14,28 %) ont présenté une sténose réfractaire dont 2 ont été opérés alors que les deux autres ont a continué la dilatation.

Le délai moyen de récidive était de 2,3mois

Le score moyen d’Eckart après dilatation était de 1,5 (extrêmes 0 à 6).

Discussion

Conclusion

Les résultats de notre étude rejoignent ceux de la littérature qui soulignent l’efficacité de la dilatation œsophagienne en cas d’achalasie pouvant limiter au maximum la place de la chirurgie et des prothèses endoscopiques métalliques pour une telle pathologie bénigne.

Remerciements

je tiens à remercier infiniment tous les organisateurs du jhfod2019