JFHOD

P.415 - Intérêt des drainages biliaires itératifs dans les cancers du pancréas et des voies biliaires avancés

E. Moati, O. Pellerin, D. Pietrasz, A.S. Jannot, H. Benosman, N. Moussa, A. Zaanan, A. Abdellahi, J. Taïeb, S. Pernot

Introduction

Les adénocarcinomes du pancréas (AP) et des voies biliaires (AVB) métastatiques ont un pronostic sombre. La prise en charge palliative de ces cancers repose en partie sur les drainages biliaires. Les résultats d'un premier drainage biliaire chez ces patients en termes de succès, de survie et de reprise de chimiothérapie sont bien rapportés dans la littérature. Cependant, certains patients peuvent présenter au cours de leur évolution une ou plusieurs nouvelles indications de drainage. Aucune donnée ne permet dans ces cas-là de suggérer que la réalisation de drainages à répétition ait un intérêt chez ces patients-là. L’objectif était donc d’évaluer la survie, le taux de succès du drainage et le taux de reprise de chimiothérapie ainsi que les complications chez des patients ayant bénéficié de drainages biliaires itératifs dans les AP et les AVB avancés.

Matériels et méthodes

Cette étude rétrospective non interventionnelle monocentrique a inclus les patients atteints d’un AP ou AVB avancé et ayant eu un ou plusieurs drainages biliaires palliatifs pour une sténose tumorale maligne. La sélection des patients a été réalisée à partir des données du programme médical du système d'information. L’utilisation de ces données à des fins de recherche était autorisée par la CNIL (n° 1922081).

Résultats

104 patients ont été inclus dans l’étude (AP, n=75 ; AVB, n= 29) avec une maladie métastatique ou localement avancée dans respectivement 83% et 17% des cas. 57 pts ont bénéficié d’une seule procédure de drainage, 24 patients de 2 procédures, 9 patients de 3 procédures et 14 patients de 4 procédures ou plus. Les patients ayant eu ≥4 procédures étaient plus souvent des AVB (p<0.001). Les autres caractéristiques cliniques avant la première procédure n’étaient pas statistiquement différentes entre les 4 groupes (âge, sexe, stade, PS, albuminémie, nombre de lignes de chimiothérapie préalable).  La SG médiane en fonction du rang du drainage était respectivement de 9.7, 6.7, 7.6 et 4.7 mois après un 1er, 2ème, 3ème et 4ème drainage. Les taux de reprise de la chimiothérapie en fonction du rang de drainage étaient de 86%, 74%, 79% et 56%. La reprise d’une chimiothérapie était significativement associée à une meilleure survie globale, quel que soit le rang du drainage (tableau 1). Les taux de complications aigues (<7j) de grade 3 à 5 après procédures selon la classification de Clavien et Dindo étaient de 26%, 26%, 21% et 31% selon le rang de drainage. Dans l’ensemble de la population à partir du 1er drainage, en analyse multivariée, le PS, l’âge, le stade tumoral avant drainage, son succès fonctionnel, la possibilité d’une chimiothérapie au décours et le fait d’avoir eu 3 ou ≥ 4 drainages biliaires, par rapport aux patients n’en ayant eu qu’un seul, était un facteur indépendant de meilleure survie globale (SG).

Discussion

Ces résultats sont néanmoins à interpréter avec précautions en raison du caractère non interventionnel de l'étude et donc de l'absence de bras contrôle, et du faible effectif.

Conclusion

Les drainages biliaires itératifs dans un contexte palliatif pourraient avoir un intérêt en termes de SG en permettant la reprise de traitements spécifiques avec des taux de succès fonctionnel et de complications acceptables chez des patients bien sélectionnés. La décision de retenir l'indication d'un 2, 3 ou d'un 4ème   drainage doit donc tenir compte des autres facteurs associés à la survie ou au succès, c'est à dire

- le PS,

- l’âge,

- le stade tumoral avant drainage,

- le succès fonctionnel du 1er drainage,

- les possibilités d’une chimiothérapie efficace au décours.

Ces éléments pourraient permettre l'établissement d'un score pronostic dans le but d'aider à la prise de décision de drainage ou non afin d’éviter des procédures inutiles et invasives.

Remerciements