JFHOD

P0 - La chirurgie colique n'a aucune place en prophylaxie secondaire d'une récidive hémorragique diverticulaire

Roblin Xavier, Heluwaert Frédéric, Pofelski J, Germain Emmanuel, Thomassin N, Faucheron Jean-Luc, Bonaz Bruno
Introduction

Les hémorragies diverticulaires sont parfois sévères, nécessitant un recours chirurgical en urgence dans 20 % des cas1.La crainte d’une récidive évaluée à 25 % à 4 ans2 fait parfois encore discuter la nécessité d’une chirurgie colique prophylactique après un premier épisode d’hémorragie diverticulaire. Le but de notre travail a été d’étudié si cette attitude était fondée.

Patients et Méthodes

158 hémorragies diverticulaires consécutives ont été identifiées dans notre structure d’accueil d’hémorragie digestive entre janvier 1997 et août 2005. Le suivi de ces patients, obtenu par enquête téléphonique ou courrier auprès des médecins traitants et des patients, a permis d’apprécier les critères suivants : taux d’évolution favorable sous traitement médical exclusif, chirurgie colique urgente ou différée, mortalité précoce (décès survenu dans les 30 jours post hémorragie), taux de récidives hémorragiques.

Résultats

Notre population était composée de 133 patients (73 Hommes, 60 Femmes) d’age moyen 75,7 ans.
Un traitement médical exclusif (correction de l’hémostase, transfusion sanguine (nécessaire dans 48% des cas), radiologie interventionelle) s’est accompagné d’une évolution favorable avec arrêt définitif de l’hémorragie dans 153 cas (96,8%) qu’il s’agisse d’un épisode hémorragique inaugural ou d’une récidive hémorragique. 4 patients (2,5%) sont morts précocément.
9 patients (6,7%) ont bénéficié d’une chirurgie urgente ou à distance et ont été exclus du suivi. Un patient (11,1%) a récidivé après chirurgie à 12 mois.
124 patients n’ont pas été opéré et un suivi a été effectué chez 120 d’entre eux (96,7%) sur une médiane de 39,5 mois (1-263).
16 patients (13,3%) ont récidivé ; 11, 4 et 1 patients ont présenté respectivement 1, 2 et 3 récidives hémorragiques. La médiane de survenue de la récidive était de 36 mois.
Le risque actuariel de survenue d’une récidive après le 1er épisode hémorragique diverticulaire est de 4,1% à 1 an, 8,3 % à 5 ans et de 12,5 % à 10 ans. Un seul patient (6,25%) est décédé précocement dans les suites d’une récidive hémorragique.

Discussion

Nos résultats sont bien moins pessimistes que les données de la littérature habituellement citées : arrêt spontané de l’hémorragie dans 80 % des cas et 25% de récidives à 4 ans1,2.

Conclusion

Devant l’évolution d’un épisode hémorragique diverticulaire colique favorable sous traitement médical dans la quasi majorité des cas (96,8%), même en cas de récidive hémorragique et devant un taux faible de récidive d’hémorragie diverticulaire (8,3 % à 5 ans), nous pensons qu’il n’y a aucun fondement pour une chirurgie colique en prophylaxie secondaire d'une récidive hémorragique diverticulaire.