JFHOD

P.081 - La corrélation entre la protéine C réactive et l’imagerie abdominale par résonance magnétique pour la détection d’une maladie de Crohn active

S. Naji, S. Boubker, W. Khannoussi, I. Zahi, G. Kharrasse

Introduction

La Maladie de Crohn (MC) est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) qui se manifeste par des poussées inflammatoires récurrentes. La surveillance occupe une place importante afin d’évaluer l’activité de la maladie. L’endoscopie a été largement validée en tant qu’un moyen de surveillance de l’activité de la maladie. Néanmoins, sa complexité, son coût et son caractère invasif sont des limitations importantes. Il est admis actuellement qu’il existe d’autres méthodes moins invasives pour déterminer les formes actives de la maladie. Le but de notre étude était d’évaluer la corrélation entre la protéine C réactive (CRP) et l’imagerie  abdominale par résonance magnétique dans la détection des formes actives de la Maladie de Crohn.

Patients et Methodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive menée au service d’hépato-gastro-entérologie sur une période de quatre ans allant de Septembre 2015 au Décembre 2018. On a inclus tous les patients atteints d’une Maladie de Crohn. L’activité clinique a été évaluée à l’aide du score Harvey Bradshaw. Tous les patients ont eu un dosage sérique de la CRP.

Résultats

Deux cent trois malades ont été inclus dans notre série. L’âge moyen des patients était de 33,46 ans. Il s’agissait de 104 hommes et 99 femmes avec un sexe ration H/F : 1,05. La localisation iléale et iléo-caecale était retrouvée dans 38,91 % des cas, colique dans 21,67 % des cas, iléo-colique dans 21,67 % des cas et la localisation haute a été déterminée chez 4 patients soit 1,97 % des cas. 47,9 % des cas étaient actifs sur le plan clinique avec un score moyen de Harvey Bradshaw de 12. L’IRM abdominale était réalisée chez 46,30 % des cas (n=94). Le dosage sérique de la CRP était positif dans 61,7 % des cas soit un total de 58 patients. L’activité radiologique était retrouvée chez 50 % des cas (n=47). L’hyper-signal diffusion de la paroi était retrouvé dans 46,8 % des cas (n=44), le rehaussement intense dans 22,3 % des cas (n=21), l’épaississement pariétal dans 75,5 % des cas (n=71) et l’aspect peigné de la muqueuse dans 8,5 % (n=8). La corrélation entre la CRP et l’IRM abdominale a été étudiée et le coefficient de Pearson était en faveur d’une forte corrélation (r : 0,8, P<0,001). La sensibilité de la CRP par rapport à l’IRM abdominale était de 82,97 %, alors que sa spécificité était de 55,3%. La valeur prédictive positive et négative était respectivement de 65 % et 76,4.  

Discussion

Conclusion

Dans notre série de deux cent trois malades suivis pour Maladie de Crohn, il s’est avéré qu’il y a une corrélation entre la CRP et l’IRM abdominal dans la détection des formes actives de la Maladie de Crohn et la sensibilité de CRP était de 82,97 % avec un p statistiquement significatif. L’IRM abdominale devrait être un outil de référence commun pour la détection de la MC active.  

Remerciements