JFHOD

P292 - La corticorésistance chez les patients traités pour hépatite alcoolique sévère est-elle influencée par le polymorphisme génétique du gène GLCCI1 ?

Nguyen-Khac Eric, Houchi Hakim, Lloyd Virginie, Naassila Mickael
Introduction

Les patients avec une hépatite alcoolique sévère qui sont non répondeurs aux corticostéroïdes au 7ème jour, ont une survie de moins de 25% à 6 mois. Les mécanismes de cette corticorésistance ne sont pas connus dans l'HAA. Récemment le polymorphisme du gène GLCCI1 codant pour la protéine Glucocorticoid-induced transcript 1 protein a été associé à une meilleure réponse aux corticostéroïdes chez des patients souffrant d'asthme (1). Le but de notre étude est d'étudier la pharmacogénétique des corticostéroïdes dans l'HAA sévère.

Patients et Méthodes

Le génotypage GLCCI1 rs37972 C>T était réalisé chez 53 patients HAA, 28 patients cirrhotiques alcooliques sans HAA et 87 témoins sains sans alcoolisation appariés sur l'âge et le sexe. L'allèle sauvage est C, et l'allèle muté est T. Les données cliniques, biologiques et les scores pronostiques étaient déterminés dans les groupes HAA et Cirrhose sans HAA. Le modèle de Lille a été calculé à J7 dans le groupe HAA. Les patients HAA avec un score > 0,45 étaient considérés comme non répondeurs au traitement par corticostéroïdes.

Résultats

Les patients du groupes HAA étaient âgés de 54 ans en médiane (range 36-65), masculins dans 30% des cas, avec TP 36,3+/-1,6%, Bilirubine 213,7+/-16,7 umol/L, Créatinine 83,4+/-7,7 umol/L, Albumine 27,2+/-0,8 g/L et GB 10414,3+/-370,7 /mm3. Les scores de Child et de Maddrey étaient plus élevés dans le groupe HAA que dans le groupe cirrhose (Child 11,7+/-0,2 vs 7,5+/-0,4 p< 0,001 ; Maddrey 55,6+/-3,3 vs 19,7+/-4,7, p<0,001). Dix sept patients étaient décédés à M6 dans le groupe HAA, et 3 patients dans le groupe cirrhose sans HAA.
La répartition des fréquences des génotypes GLCCI1 rs37972 CC, CT et TT était respectivement de 47,2%, 41,5% et 11,3% dans le groupe HAA, comparée à 32,1%, 50% et 17,9% dans le groupe cirrhose (p = 0,24), et à 35,6%, 43,7% et 20,7% dans le groupe témoins (p = 0,39). Il n'y avait pas non plus de différence entre les groupes cirrhose et témoins (p = 0,84).
Les fréquences alléliques C et T était respectivement de 67,9% et 32,1% dans le groupe HAA, comparée à 57,1% et 42,9% dans le groupe cirrhose (p = 0,97), et à 57,5% et 42,5% dans le groupe témoins (p = 0,99). Il n'y avait pas non plus de différence entre les groupes cirrhose et témoins (p = 0,83).
Parmi le groupe HAA, les patients vivants à M6 présentaient des fréquences génotypiques GLCCI1 rs37972 CC, CT et TT à 41,7%, 44,4% et 13,9% versus 47,1%, 41,2% et 11,8% pour les patients décédés (p = 0,93). Les patients HAA avec une réponse thérapeutique à J7 (Lille modèle <0,45) avaient des fréquences alléliques CC, CT et TT à 43,3%, 36,7% et 20% versus 45%, 55% et 0% pour les patients HAA avec une corticorésistance (Lille modèle>0,45) (p = 0,08).

Conclusion

Dans cette étude, le polymorphisme rs37972 du gène Glucocorticoid-induced transcript 1 protein (GLCCI1) n'est pas associé à la résistance aux corticostéroïdes chez les patients traités pour une hépatite alcoolique sévère, ni à la mortalité.

Remerciements, financements, autres

Biobanque de Picardie

Références

(1) Tantisira et al, N Engl J Med 2011 ; 365 : 1173-83.