JFHOD

C.060 - La fissurectomie avec anoplastie est-elle vraiment plus efficace que la fissurectomie seule ?

M. Skoufou, J. Lefèvre, N. Fathallah, L. Spindler, A.L. Rentien, A. Alam, E. Pommaret, P. Benfredj, E. Safa Far, L. Abbes, K. Fellous, A. Fels, M. Aubert, N. Lemarchand, V. de Parades, M.L. Thierry

Introduction

En France, la fissurectomie chirurgicale est souvent associée à une anoplastie (F+A). Cette technique a été introduite en France dans les années 1960 par Parnaud et al. [1]. Elle consiste à abaisser un lambeau de muqueuse rectale sur la plaie de fissurectomie endocanalaire afin d’en accélérer la cicatrisation. Cependant, son intérêt sur la fissurectomie seule (FS) [2] n’a jamais été démontré. L’objectif de l’étude était de comparer l’efficacité et la tolérance des deux techniques.

Patients et Methodes

Cette étude monocentrique rétrospective en centre tertiaire a inclus tous les patients sans antécédent chirurgical proctologique ayant été opérés pour une fissure anale idiopathique, postérieure unique, non infectée durant l’année 2019. Le choix de faire ou non une anoplastie dépendait non pas de la fissure mais de l’habitude technique de l’opérateur. Le critère de jugement principal était le délai d’arrêt des douleurs. Les critères de jugement secondaires étaient les délais d’arrêt des saignements et de cicatrisation, les taux de cicatrisation et de complications postopératoires précoces (<30jours), et la recherche de facteurs prédictifs de non cicatrisation.

Les variables qualitatives ont été comparées au moyen du test du Chi2 ou du test de Fisher, selon les conditions d'applications. Les variables quantitatives ont été comparées au moyen du test t de Student ou du test de Wilcoxon, selon les conditions d'applications. Les facteurs prédictifs de non cicatrisation ont ensuite été évalués au moyen d’une régression logistique en incluant dans le modèle les variables avec un p<0,20.

Résultats

Durant la période d’étude, 599 fissurectomies ont été réalisées. Ont été exclues les fissures antérieures (n=47), latérales (n=12), bipolaires (n=19), infectées (n=175) ou spécifiques (n=16) ainsi que les antécédents de chirurgie proctologique (n=11) et les gestes associés à la fissurectomie (n=93). A la fin, 226 patients, 37,6% de femmes, d’âge moyen de 41,7 +/- 12,0 ans ont été analysés. L’ancienneté de la fissure était en médiane de 35,6 (15,3-89,0) semaines.

Le geste chirurgical a consisté en 182 FS et 44 F+A. Les deux groupes étaient comparables sauf pour le sex ratio (33,5 vs 54,5% de femmes) et l’IMC (25,3 +/- 4,0 vs 23,6 +/-3,9). Le délai médian de suivi postopératoire était de 2,0 (1,0-3,9) mois.

Les délais médians d’arrêt des douleurs, des saignements et de cicatrisation de tous les patients étaient respectivement de 1,1 (0,5-2,3), 1,0 (0,5-2,2) et 2,0 (1,1-3,6) mois. Le taux de cicatrisation était de 93,8% avec un taux de complications (abcès, saignements) de 6,2%.

Les délais d’arrêt des douleurs (1,1 vs 1,0 mois, p=0,49), des saignements (1,1 vs 0,7, p=0,24) et de cicatrisation (2,0 vs 1,8 mois, p=0,38) ainsi que les taux de cicatrisation (92,9 vs 97,7%, p=0,31) et de complications (7,1 vs 2,3%, p=0,31) étaient comparables entre les 2 groupes (FS vs F+A).

L’analyse de régression logistique a montré que les facteurs de risque indépendamment associés à la non cicatrisation étaient un âge ≥ 40 ans (OR à 3,8 ; IC à 95 %, 1,1 à 17,7) et une ancienneté de la fissure < 35,6 semaines (OR à 6,5 ; IC à 95 %, 1,7 à 43,2).

Les limites de cette étude sont son caractère rétrospectif et la non randomisation des patients.

Discussion

Conclusion

Cette étude a montré que la fissurectomie était un geste efficace chez les patients sans antécédent proctologique chirurgical et ayant une fissure anale idiopathique, postérieure unique, non infectée (93,8% de cicatrisation). Elle a également montré que l’anoplastie ne semblait pas améliorer l’efficacité du geste dans ce contexte. Elle a enfin montré que l’âge ≥ 40,0 ans et l’ancienneté de la fissure < 35,6 semaines étaient des facteurs prédictifs de non cicatrisation.

Remerciements