JFHOD

P.576 - La présence de granulomes épithélioïdes au cours de la maladie de Crohn : un nouveau facteur pronostique ? A propos de 166 cas

N. Elleuch, A. Sabbek, A. Hammami, A. Ben Slama, M. Ksiaa, H. Jaziri, A. Braham, S. Ajmi, A. Jmaa

Introduction

Plusieurs études se sont intéressées à rechercher les facteurs permettant de prédire le pronostic de la maladie de Crohn (MC) afin de pouvoir classer les malades et de déterminer ceux nécessitant un traitement intensif d’emblée. On se propose dans cette étude de déterminer la valeur pronostique du granulome épithéliode (GE) retrouvé dans les biopsies pour MC.

Patients et Methodes

Etude rétrospective étalée sur 5 ans, colligeant les patients pris en charge pour MC au service de gastroentérologie de Sahloul et ayant eu au moins 3 examens endoscopiques avec biopsies. Deux groupes ont été comparés :

  • Groupe 1 : MC avec GE à la biopsie (N=22)
  • Groupe 2 : MC sans GE à la biopsies (N=144)

Résultats

Nous avons colligé 166 patients d’âge moyen 42,9 ans [15-73 ans] et de sexe ratio 0,55. Un GE était retrouvé dans 13,2% des cas. Sa présence était significativement associée à un âge moyen de découverte plus jeune (31,3 ans versus 41,4 ans, p= 0,04) ainsi qu’à la consommation tabagique (68,1% versus 20,8%, p<0,001). La localisation colique ainsi que la présence de manifestations anopérinéales étaient plus fréquentes dans le 1er groupe sans corrélation statistiquement significative (p=0,08 et p=0,06 respectivement). De même, les poussées graves/sévères étaient plus fréquentes en présence d’un GE sans corrélation significative (63,6% versus 62,5%, p=0,6). La présence de localisations hautes de manifestations extra intestinales ainsi que le recours à la chirurgie étaient comparables entre les deux groupes.

Discussion

Conclusion

Dans notre étude, le GE à l’histologie était associé à un âge de découverte plus jeune, à la présence de manifestations anopérinéales et à des poussées graves/sévères plus fréquentes suggérant un génie évolutif plus fâcheux.

Remerciements