JFHOD

P.446 - La simulation en endoscopie digestive haute : quel impact sur la qualité d’apprentissage des internes de gastroentérologie ?

N. Elleuch, S. Hamdi, A. Ben Slama, H. Jaziri, A. Hammami, W. Ben Ameur, W. Dahmani, A. Braham, S. Ajmi, M. Ksiaa, A. Jmaa

Introduction

Traditionnellement, les internes de gastro-entérologue ont appris à faire des endoscopies dans des conditions réelles sous la supervision d'un endoscopiste qualifié. Récemment, une formation en endoscopie digestive a été instaurée par le collège national d’hépato-gastro-entérologie pour les internes affectés en première année.

L'objectif de notre travail était d'évaluer l’intérêt de la simulation à l’endoscopie dans l’amélioration du savoir, et du savoir-faire de l’apprenant lors dela pratique de l’endoscopie digestive haute dans des conditions réelles.

Matériels et méthodes

L’évaluation de la simulation a été faite par un questionnaire d'évaluation qui a été adressé à tous les participants à la formation par simulation et cela dans un délai de 4 mois de la formation. Cette évaluation a reposé sur les données issues de la partie quantitative du questionnaire ainsi que sur les données issues des questions ouvertes.

Résultats

Parmi les 17 participants, 16 (94,1%) ont acceptés de répondre à notre questionnaire. Quinze (93,3%) internes ont senti une progression dans leur pratique d’endoscopie après la formation. A  4 mois de la formation, le nombre moyen d’endoscopies hautes pratiquées par les internes sans aide d’un sénior était 6,6 (0-30). Sur une échelle de 0à 10, la note moyenne portant sur la difficulté de réalisation d’une endoscopie haute était  de 7,5 avant la formation versus 4,8  après la formation.  En détaillant les différentes étapes de la réalisation de l’endoscopie haute, une nette amélioration a été ressentie par tous les participants. Une amélioration des notes moyennes attribuées à leurs habilitées à mener à bien certaines étapes de l’endoscopie a été obtenue après la formation,  à savoir l’introduction du fibroscope (2,3 vs 7,43), le  franchissement du pylore (2 vs5,3), l’entrée dans le duodénum (1,7 vs 6,2), la rétrovision(1,5 vs 5,31) ainsi que laconnaissance de l’aspect endoscopique normal (3,81 vs 6,1)  et l’identification des lésions (3,3 vs 5,5). La note attribuée à la qualité globale de la formation était de 7,43(6 à 9) et celle  attribuée à leur satisfaction personnelle était de7,6(6-10).

Discussion

Conclusion

Dans notre étude, la formation à l'endoscopie basée sur la simulation offert aux internes l’opportunité d’améliorer leurs capacités à mener à bien des procédures d’endoscopie de manière indépendante et cela dans les conditions réelles. La formation à l'endoscopie par simulation semble être très utile pour compléter la formation initiale traditionnelle à l'endoscopie pour les internes en hépato-gastro-entérologie ayant peu ou pas d'expérience en endoscopie.

Remerciements