JFHOD

P.383 - La surveillance clinique après la perfusion de vedolizumab chez les patients avec une maladie inflammatoire chronique de l’intestin est-elle encore justifiée ? Résultats d'une étude observationnelle, multicentrique, rétrospective

C. Venturin, S. Nancey, X. Roblin, S. Pestour, L. Peyrin-Biroulet, N. Mathieu, C. Gay, B. Flourié, G. Boschetti

Introduction

Le vedolizumab est un anticorps monoclonal humanisé anti-intégrine α4β7 approuvé en Europe pour le traitement de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique depuis 2014. Jusqu'à présent, une surveillance clinique (d’une durée de 2 heures pour les 2 premières administrations puis d’une heure pour les suivantes) après chaque perfusion de védolizumab est recommandée. Les essais cliniques et les études post-marketing ont rapporté une fréquence de 0,1 à 2,3% de survenue de reaction d’hypersensibilité à la perfusion, mais dont les symptômes, les circonstances d’apparition et la gravité sont mal connus. Les objectifs étaient de determiner la fréquence, la gravité et les facteurs de risque de réaction d'hypersensibilité immédiate (HSI) au védolizumab survenant chez les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI). 

Patients et Methodes

Nous avons mené une étude observationnelle, multicentrique, rétrospective systématique dans 4 centres référents français (Grenoble, Lyon-Sud, Nancy, Saint-Étienne) de l’ensemble des patients atteints de MICI et exposés au traitement par vedolizumab. Dans cette cohorte de patients, nous avons identifié ceux qui ont présenté des symptômes compatibles avec une HSI, dans les 24 heures suivant une perfusion de vedolizumab et avons recueilli les caractéristiques des patients, la nature des symptômes, la durée d’exposition au vedolizumab, les éventuels traitements concomitants, les antécédents d’HSI et la presence d’anticorps anti-vedolizumab.

Résultats

De mai 2014 à février 2018, 550 patients ont reçu un total de 6459 perfusions de védolizumab. Dans notre cohorte, 7 HSI (0,1%) ont été identifiées, mais aucune d'entre elles ne s'est produite après la fin de la perfusion de vedolizumab et a fortiori dans les 2 heures suivant la perfusion. Aucune réaction grave n'a été signalée et le vedolizumab a été stoppé chez deux patients. Nous n'avons pas identifié de facteur de risque associé à la survenue d’une HSI, en particulier un historique d’HSI à l’infliximab, ou l'absence d'immunosuppresseurs en combothérapie avec le vedolizumab ou la détection d’anticorps anti-vedolizumab.

 

Discussion

Conclusion

Nous confirmons l'excellent profil de tolérance à court terme des perfusions de vedolizumab, et notamment l'absence de réaction d’HSI dans les 2 heures suivant la perfusion. Ces données plaident donc en faveur de la suppression d’une surveillance systématique des patients après la perfusion de vedolizumab. Cette modifications des pratiques pourraient permettre de réduire le temps de présence des patients à l’hôpital et constituer une économie de santé en augmentant les capacités d’accueil et les rotations des patients dans les unités ambulatoires de perfusions des biothérapies.

Remerciements