JFHOD

CO.011 - La volumétrie hépatique à l’inclusion est un facteur pronostique majeur lors d’une décompensation aiguë d’une cirrhose liée à l’alcool : résultats de l’étude multicentrique prospective PROLIV

J. Ursic-Bedoya, C. Esperance, L. Caillo, M. Meszaros, M.P. Ripault, S. Aouinti, L. Jaubert, A. Prost, L. Meunier, D. Ribard, M. Montariol, B. Tassy, S. Faure, C. Soulayrac, H. Donnadieu-Rigole, B. Guiu, N. Molinari, G.P. Pageaux

Introduction

La cirrhose liée à l’alcool non sevrée et décompensée est grevée d’un pronostic péjoratif à court terme. Le sevrage permet une amélioration de près de 2/3 des patients après 3 mois. Pour ceux qui ne s’améliorent pas, le seul traitement pouvant améliorer le pronostic est la transplantation hépatique (TH). Les scores pronostiques classiques au moment de la décompensation ne permettent pas de distinguer correctement les patients qui vont s’améliorer de ceux qui auraient besoin d’une TH. Il apparait donc nécessaire de trouver de nouveaux facteurs pronostiques. Le volume hépatique a déjà montré son utilité dans des séries rétrospectives dans un contexte de cirrhose virale et d’hépatite alcoolique aiguë. L’objectif de notre étude était d’étudier les facteurs pronostiques en termes de survie sans transplantation hépatique en cas de décompensation d’une cirrhose liée à l’alcool, incluant le volume hépatique.

Patients et Methodes

Nous avons réalisé une étude observationnelle prospective et multicentrique (un centre tertiaire avec service de TH, un centre tertiaire sans service de TH et un centre hospitalier général). Nous avons inclus des patients ayant une cirrhose liée à l’alcool sevrée ou non, hospitalisés pour une décompensation aiguë. Les principaux critères d’exclusion étaient la présence d’un CHC, une infection virale B ou C active, un TIPS, une thrombose occlusive du tronc porte. Les patients étaient suivis durant un an avec une consultation tous les 3 mois et une imagerie en coupe à l’inclusion puis à 6 et 12 mois. Les mesures radiologiques comprenaient le volume hépatique, splénique et la surface des psoas en L3. Elles étaient semi-automatisées (logiciel Vitrea®) et faites par le même opérateur en aveugle du devenir du patient. Le volume hépatique standardisé était calculé selon la formule habituelle en fonction du poids corporel. La consommation d’alcool était évaluée à chaque consultation grâce à la méthode du Timeline Followback. Le critère de jugement principal était la survie sans transplantation hépatique.

Résultats

156 patients ont été évalués et 131 patients ont été finalement inclus entre avril 2018 et septembre 2019. Il s’agissait de 75% d’hommes, l’âge médian était de 58 ans, 60,3% des patients n’étaient pas sevrés au moment de l’admission et pour 48,1% il s’agissait de la première décompensation. Les scores de Child-Pugh et Meld médians étaient de 9,4 et 18,3 respectivement. Les deux principales étiologies à la décompensation étaient une hépatite alcoolique aiguë (39,7%) et une décompensation oedémato-ascitique (26,7%). A 12 mois, 31 patients (23,7%) sont décédés et 16 (12,2%) ont été transplantés pour un total de 47 patients (35,9%) greffés et/ou décédés. Deux patients ont été perdus de vue. 35,5% des décès sont survenus au cours du premier mois. Parmi les patients non sevrés à l’inclusion et vivants sans TH à 3 mois, 52% de ceux qui ne consommaient pas d’alcool dans cette période avaient une amélioration du score de Meld >2 points, alors qu’ils n’étaient que 38,5% parmi ceux qui continuaient leur consommation d’alcool dans l’intervalle. Le ratio moyen du volume hépatique mesuré/standardisé était de 1,26 dans notre cohorte. Ce ratio était significativement plus élevé en cas d’hépatite alcoolique aiguë (1,47 vs 1,11 toutes autres étiologies confondues, p=0.006). 27 variables ont été inclues dans les analyses de survie, parmi lesquelles 12 étaient significatives en analyse univariée. En analyse multivariée, les variables à l’inclusion associées significativement à la survie sans TH étaient l’hémoglobine (HR=0,633 ; IC95% [0,519 ; 0,771]), la bilirubine totale (HR=1,004 ; IC95% [1,001 ; 1 ,008]), le score de MELD (HR=1,111 ; IC95% [1,036 ; 1,191]) et le ratio du volume hépatique mesuré/volume hépatique standardisé (HR=0,322 ; IC95% [0,155 ; 0,666]).

Discussion

Conclusion

Notre étude est la première qui montre qu’un foie de petit volume chez un patient admis pour cirrhose décompensée liée à l’alcool est un facteur prédictif de moins bonne survie sans transplantation hépatique. Cette mesure pourrait être un complément aux scores classiques de cirrhose permettant d’identifier les patients à haut risque de décès à court terme, et de s’affranchir de la règle des 6 mois chez les patients sevrés.

Remerciements