JFHOD

P0 - Le cancer du colon est-il chimiosensible ?

Karoui Mehdi, Koubaa W, Delbaldo C, Charachon Antoine, Chaumette MT, Loriau J, Brunetti Francesco, Piedbois P, Cherqui Daniel, Tran Van Nhieu J
But

L’effet de la chimiothérapie sur les cancers coliques est mal connu. Certains cancers coliques avec métastases hépatiques non résécables d’emblée sont traités par chimiothérapie, avec mise en place d’une prothèse colique en cas de sténose. La tumeur primitive peut être réséquée secondairement du fait de la survenue de symptômes digestifs ou lorsque les métastases deviennent résécables. Le but de notre étude est de rapporter les modifications histologiques observées sur les tumeurs coliques opérées après chimiothérapie.

Patients et Méthodes

Entre 2000 et 2005, 14 patients métastatiques d’emblée (groupe 1), ont été opérés d’un cancer du côlon après chimiothérapie, 5 pour des symptômes coliques et 9 pour résection à visée curative. Une prothèse colique avait été mise en place chez 6 malades. L’étude histologique a pris en compte la présence de fibrose, de nécrose tumorale, de plages de mucus acellulaire, et d’ulcérations tumorales ou non. Elle a également déterminé le pourcentage de tumeur viable (PTV) défini par le rapport entre la surface de tumeur floride et la surface de tumeur totale. Ces mêmes critères ont été étudiés chez 18 patients opérés d’un cancer colique sans chimiothérapie préalable (groupe 2).

Résultats

Les 2 groupes étaient comparables pour la taille et la localisation de la tumeur primitive. La moyenne des PTV était significativement plus faible dans le groupe 1, 33 vs 66% (p = 0.003). Le PTV était respectivement pour les groupes 1 et 2 ≤ à 25% chez 8 (57%) et 0 patients, entre 25 et 60% chez 5 (36%) et 9 (50%) patients et > à 60% chez 1 (7%) et 9 (50%) patients, . Dans le groupe 1, le PTV n’était pas influencé par la présence d’une prothèse colique (20 vs 44%, ns). Chez les 9 malades ayant eu une résection simultanée de la tumeur colique et des métastases hépatiques, le PTV observé au niveau de la tumeur colique était similaire à celui des métastases hépatiques. Parmi les autres critères histologiques, seule la présence d’une ulcération non tumorale en surface était caractéristique du groupe 1.

Conclusion

La chimiothérapie induit une réponse tumorale majeure (≥75%) dans 60% des cancers du colon. La réponse de la tumeur primitive colique semble corrélée à celle des métastases hépatiques.