JFHOD

CO.130 - Le drainage biliaire sous écho-endoscopie avec utilisation de prothèses métalliques d’apposition devrait remplacer le drainage radiologique après échec de CPRE dans le cadre d’une obstruction biliaire tumorale distale

C. Ginestet, S. Geyl, R. Legros, H. Lepetit, M. Dahan, P. Carrier, V. Loustaud-Ratti, D. Sautereau, J. Albouys, J. Jacques

Introduction

L’obstruction biliaire maligne distale est une situation fréquente en Hépatogastroentérologie, dont les principales étiologies sont l’adénocarcinome de la tête du pancréas, le cholangiocarcinome hilaire et distal, l’ampullome et les adénopathies métastatiques.

La technique de référence pour drainer les voies biliaires en cas d’obstruction maligne distale est la CPRE avec pose de prothèse auto-expansive avec un succès technique dans les études de 90%. Cependant, le taux d’échec est de 10 à 20 % en fonction des études du fait de difficulté d’accès à la papille lors de sténoses duodénales, d’envahissement tumoral de la papille ou d’anatomies modifiées par de précédentes chirurgies telles que la duodénopancréatectomie céphalique et les gastrectomies.

Le drainage radiologique ou le drainage sous échoendoscopie sont les deux possibiltés thérapeutiques dans cette situation à l’heure actuelle. Si les deux techniques ont des taux de succès cliniques et techniques équivalents, l’utilisation plus simple des prothèses d’apposition pourrait changer la donne.

Nous avons réaliser la première large étude rétrospective comparant le drainage radiologique à la cholédochoduodénostomie sous échoendoscopie utilisant les prothèses d’apposition (Hot Axios 6 mm, BOSTON Scientific) dans cette situation clinique.

Patients et Methodes

Il s'agit d'une étude rétrospective monocentrique comparant le drainage radiologique de la cholédochoduodénostomie par prothèse d’apposition en cas d’obstruction biliaire tumorale distale non opérable.

L’objectif principal était la comparaison du succès clinique à 1 mois (normalisation de la bilirubinémie permettant un traitement de chimiothérapie). Les objectifs secondaires étaient de comparer la survenue d’effets indésirables en lien avec la procédure, la survenue d’obstruction biliaire pendant le suivi, la survie globale, et de comparer l’analyse cout-efficacité de ces deux procédures au cours du temps.

Tous les patients ayant eu un drainage radiologique ou par prothèse d’apposition en cas d'échec de CPRE pour une obstruction biliaire tumorale distale entre le 1 er janvier 2014 et le 31 décembre 2019 ont été inclus, le 1 er janvier 2014 étant la date du premier drainage biliaire sous échoendoscopie dans notre centre.

Résultats

95 patients ont été inclus dans cette période: 45 patients dans le groupe drainage radiologique et 50 dans le groupe drainage avec prothèse d’apposition. Les deux groupes étaients parfaitement comparables en termes d’étiologie de l’obstruction, âge, sexe, étiologie de l’échec de CPRE, statut métastatique de la maladie néoplasique et score ASA.

Il existait une différence significative en faveur du drainage sous échoendoscopie utilisant une prothèse d’apposition pour les critères suivants :

            -succès clinique : 89.3% vs 45.5% ; p < 0.0001

            -succès technique : 97.9% vs 68.2% ; p=0.00013

            -taux d’événements indésirables liés à la procédure : 2.12% vs 22.7% ; p= 0.003

            -durée d’hospitalisations post-drainage : 3.5 vs 8.2 jours ; p<0.0001

            -survie globale (médiane de survie) : 42 vs 118.2 jours ; p = 0.012

            -coût global de la stratégie par patient: 5098 vs 9363 euros ; p<0.001

Discussion

Conclusion

Nos résultats sont clairement en faveur du drainage par échoendoscopie utilisant une prothèse d’apposition en cas d’échec de CPRE pour un obstacle biliaire tumoral distal. Les opérateurs réalisant des CPRE pour obstacle tumoral distal doivent apprendre cette procédure de secours vue sa supériorité sur le drainage radiologique en terme de succès technique, de succès clinique, de sécurité, de coût et de survie global.

Remerciements