JFHOD

CO.056 - Le régime pauvre en FODMAPS a-t-il une place dans le traitement du reflux gastro-œsophagien réfractaire ? Résultats d’une étude contrôlée randomisée

B. Vauquelin, P. Rivière, C. Melchior, S. Roman, S. Bruley des Varannes, F. Mion, G. Gourcerol, S. Sacher-Huvelin, F. Zerbib

Introduction

Le régime pauvre en FODMAPS (Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides And Polyols) a prouvé son efficacité dans les troubles fonctionnels intestinaux. Compte tenu du rôle des phénomènes de fermentation colique dans le contrôle de la motricité oesogastrique et la survenue des épisodes de reflux, l’intérêt d’un régime pauvre en FODMAPS chez les patients avec un reflux gastro-œsophagien (RGO) réfractaire aux inhibiteurs de la pompe à proton (IPP) méritait d’être évalué.  

Patients et Methodes

Il s’agissait d’une étude, multicentrique, randomisée, en ouvert, comparant l'efficacité d'un régime pauvre en FODMAPS à celle des conseils hygiéno-diététiques habituellement recommandés dans le RGO, après 4 semaines. Etaient inclus des patients avec un RGO symptomatique réfractaire aux IPP, défini par un score RDQ >3 ainsi qu’une pH-impédancemétrie positive sous traitement (nombre total de reflux > 53 et/ou exposition acide > 5% et/ou corrélation symptômes-reflux positive). Le critère de jugement principal était le pourcentage de patients répondeurs (RDQ ≤ 3) à la fin de la 4e semaine de régime. Les objectifs secondaires étaient d’évaluer l’effet de ce régime sur les symptômes associés, (dyspepsie, syndrome de l’intestin irritable) et sur les paramètres de pH-impédancemétrie.

Résultats

Trente patients (56 % de femmes, âge médian 45 ans) ont été inclus dans 3 centres français, 15 randomisés dans le groupe FODMAPS, 15 dans le groupe régime conventionnel (témoin). Il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant ces caractéristiques et les données initiales d’impédancemétrie, de scores RDQ, de FRANCIS, et GIQLI. Six patients du groupe FODMAPS (43 %) étaient répondeurs avec un score RDQ ≤ 3 versus 3 (21 %) du groupe témoin (p = 0,22). Par rapport au groupe témoin, les patients du groupe FODMAPS avaient un sous-score RDQ dyspepsie diminué (0,5 vs. 0,1, p=0,44) et un score de FRANCIS diminué (-77 vs. -38, p=0,13) sans différence significative. Quatre patients ont normalisé leur pH-impédancemétrie, 2 dans chaque groupe. La perte de poids après 4 semaines de régime était nulle (0,00 [-2,0;0,6]), sans différence significative entre les deux groupes (p=0,3). L’observance des différents régimes est en cours d’analyse

Discussion

Conclusion

Cette étude a mis en évidence une tendance à l’amélioration des symptômes de RGO réfractaire aux IPP pendant un régime appauvri en FODMAPS sans modification significative des paramètres de pH-impédancemétrie. Les seuils de significativité n’ont pas été atteints probablement par manque de puissance. D’autres études sont nécessaires pour déterminer le rôle des FODMAPS et des phénomènes de fermentation dans le RGO réfractaire.

Remerciements

Etude finance par le Fonds d’Aide à la Recherche de la SNFG