JFHOD

CO.089 - Lefitolimod vs traitement standard en cas de cancer colorectal metastasé après réponse à une première ligne de chimiothérapie (CCRm) : Résultats de l'étude randomisée de phase 3 IMPALA

M. Ducreux, R. Salazar, A. Sobrero, E. Van Cutsem, W. Scheithauer, C. Tournigand, D. Schleif, M. Starke, M. Baumann, E. Wiegert, D. Arnold

Introduction

En tant qu’’agoniste du toll-like receptor 9 (TLR9), le lefitolimod, active largement le système immunitaire inné et adaptatif. En se basant sur des données encourageantes de l'étude randomisée de phase 2 IMPACT, le lefitolimod a été évalué dans cette étude de phase 3 comme traitement d'entretien de substitution chez des patients atteints de CCRm qui ont répondu à un traitement de première ligne.

Patients et Methodes

L'étude internationale multicentrique et ouverte de phase 3 IMPALA a été menée avec les groupes coopératifs AIO, TTD et GERCOR et a recruté 549 patients dans 8 pays européens.

Les patients qui avaient une réponse objective à un traitement d'induction de première ligne standard (5-fluorouracil (5FU) avec Acide Folinique (FA) ou capécitabine (CAP), plus oxaliplatine (OX) ou irinotecan (IRI), seuls ou associés à un anti-VEGF ou un anti-EGFR) ont été randomisés pour recevoir soit une monothérapie au lefitolimod (groupe expérimental) ou un traitement standard décidé par l’investigateur local (groupe témoin). Après la première progression, les patients ont reçu une chimiothérapie réintensifiée, ceux du groupe expérimental continuant le traitement par le lefitolimod en plus de cette chimiothérapie réintensifiée.

Résultats

La durée médiane du suivi était de 35 mois. Le critère d'évaluation principal était la survie globale (SG), la différence attendue n’a pas été observée : la SG médiane était de 22 et de 21,9 mois dans le groupe traité par le lefitolimod et le groupe témoin, respectivement (p = 0,2765 ; HR = 1,12 ; IC à 95 % : 0,91 - 1,38). La survie sans progression, les taux de survie sans événement, les analyses de sous-groupes prédéfinis, y compris les paramètres moléculaires et immunologiques de la SG, n'ont pas non plus indiqué d'avantage en faveur du traitement à l’étude. En comparaison avec le groupe témoin, le traitement par le lefitolimod a été généralement bien toléré. Les taux de toxicité de grade 3, 4 et 5 étaient de 6,3, 1,9 et 0 %, respectivement. Aucune toxicité ou événement auto-immun inattendus n'a été décelé, alors que l'activation immunitaire était confirmée dans le sang périphérique.

Discussion

Conclusion

La monothérapie par lefitolimod n'a pas montré de supériorité par rapport aux soins standards dans le traitement d'entretien après réponse à la première ligne chez les patients atteints de CCRm. Cette étude a confirmé le profil de tolérance favorable du lefitolimod. Par conséquent, et compte tenu de son mode d'action, le lefitolimod va être évalué en association avec d'autres immunothérapies anticancéreuses.

Remerciements

Cette étude de phase III industrielle a été complètement financée par MOLOGEN AG, Berlin, Allemagne.