JFHOD

CO.104 - L’enseignement de la proctologie est-il adapté dans la forme actuelle du diplôme inter-universitaire ?

C. Brochard, I. Etienney, V. de Parades, L. Abramowitz, F. Pigot, L. Siproudhis

Introduction

La proctologie est un exercice médical un peu particulier au sein de l’Hépato Gastro Entérologie parce que l’activité est assez spécifique, médico instrumentale et chirurgicale. L’approche d’enseignement nécessite, comme en endoscopie, un accompagnement parfois long. Dans sa forme actuelle, le diplôme inter-universitaire se déroule sur deux années et il comporte à la fois un enseignement théorique en e-learning, un enseignement pratique auprès de maîtres de stage et des séminaires monothématiques de courte durée organisés par des centres experts. Cette organisation est stable depuis plus de 10 ans au prix d’une énergie importante de mise en œuvre quand plus de 187 membres suivent la première année d’enseignement (Hors DES) et 52 la seconde année de façon simultanée (2018). L’objectif de ce travail était de faire préciser l’impact que cet enseignement a eu auprès des apprenants diplômés depuis 2013.

Patients et Methodes

Un questionnaire auto administré de treize questions fermées a été adressé aux apprenants qui ont terminé l’ensemble du parcours diplômant (deux ans) depuis 2013. Les questions étaient centrées sur l’adéquation du volume d’enseignement théorique et des modalités de formation pratique mais aussi sur les perspectives de développement de cette formation. Ils ont été enfin questionnés sur leur modalité d’exercice professionnel afin de connaître l’impact de cette formation.

Résultats

Le questionnaire a été adressé à 296 apprenants ayant terminé la seconde année de formation par voie électronique le 02 octobre 2018 : 94 réponses aux questionnaires étaient exploitables le 05 octobre. Les deux tiers ont validé cet enseignement avant la fin de l’année 2016. La durée de la formation sur deux ans a été trop longue pour un quart d’entre eux mais le volume de formation théorique n’était pas trop important pour 69% des répondeurs. Les séminaires intensifs sur site étaient plébiscités par 93% : 43% s’accordaient sur l’utilité de modifier leur animation en intégrant d’autres praticiens en quête de FMC. La même proportion estimait qu’il restait difficile d’accéder à un stage pratique par manque de maître de stage. Cette formation a cependant permis à 83% des répondeurs d’intégrer la proctologie dans leur exercice professionnel et 46% de réaliser des actes chirurgicaux. L’intégration de nouveaux parcours de formation comme la prise en charge des lésions précancéreuses de l’anus est attendu par 81% d’entre eux et plutôt au sein de la plateforme du DIU que dans un autre cadre universitaire (76%).

Discussion

Conclusion

L’offre de formation en proctologie est satisfaisante parce qu’elle conduit à un exercice différencié mais le compagnonnage d’apprentissage manque de maîtres de stage.

Remerciements

les auteurs remercient tous les contributeurs qui alimentent la plateforme, les maîtres de stage encore insuffisamment nombreux, les responsables des séminaires et Jean-Baptiste Maison.