JFHOD

CO.66 - L’envoi postal du test fécal immunologique est indispensable pour augmenter la participation au dépistage organisé du cancer colorectal en France : résultats dans un département test

C. Piette, A. Lièvre, M. Cosson, G. Durand, J. Faivre, J.F. Bretagne

Introduction

Suite aux résultats d’un essai contrôlé et randomisé réalisé sur de petits effectifs démontrant que la participation au dépistage par test fécal immunologique (TFI) était de 45% suite à l’envoi postal du test (EPT) versus 28% après un simple courrier de relance, un EPT a été proposé à toutes les personnes du département d’Ille-et-Vilaine n’ayant toujours pas fait le test suite à l’invitation du médecin et à une première relance postale, soit un délai de 8 mois environ.

Patients et Methodes

Nous avons analysé les résultats de la première campagne de dépistage avec le TFI en termes de participation entre mai 2015 et juin 2017. La population cible âgée de 50 à 74 ans était respectivement de 269 698 et 225 137 personnes, avant et après exclusions. Les taux de participation et les taux de réponse ont été calculés avant et après EPT, globalement et dans 3 sous-groupes définis selon leur participation et invitation aux campagnes précédentes. Pour le calcul de la participation, le dénominateur correspondait à la population INSEE. Pour le calcul des taux de réponse après EPT, le dénominateur correspondait au nombre d’EPT.

Résultats

116 182 personnes ont fait un test, soit une participation de 51,6% versus 42% pour la campagne précédente avec Hémoccult™. Les tests faits après EPT représentant 29% de l’ensemble des tests faits, la participation n’aurait été que de 36,6% sans EPT. Les taux de réponse étaient respectivement de 66%, 12% et 32% chez les personnes ayant déjà fait au moins une fois le test Hemoccult™, celles n’ayant jamais participé et celles invitées pour la 1ère fois. Avant EPT, les taux de réponse étaient respectivement de 50,0%, 6,5% et 20,7% pour les 3 sous-groupes déjà définis. Après EPT, les chiffres étaient respectivement de 40,2%, 7,7% et 18,8%. La différence de participation entre les femmes et les hommes avant EPT (taux de réponse de 42% vs. 37%) se réduisait après EPT (21% vs. 19%). Ainsi, la proportion d’hommes parmi les participants était de 46% avant et de 48% après EPT. Alors que la participation augmentait avec l’âge avant EPT, les taux de réponse après EPT étaient relativement similaires entre les différents groupes d’âge (Figure).

Discussion

Conclusion

Cette étude démontre une augmentation de 10% de la participation au dépistage organisé en Ille-et-Vilaine avec le TFI comparativement au test Hémoccult™. Cette augmentation n’aurait pas été possible sans EPT qui a permis d’augmenter la participation de 15% (36,6% à 51,6%). La faible réponse enregistrée après EPT chez les personnes réfractaires au dépistage doit inciter à mieux sélectionner les personnes devant bénéficier de l’EPT dans ce sous-groupe, sachant que ne pas faire d’EPT aux personnes de ce sous-groupe aurait amputé la participation globale de 5 à 6% dans notre étude.

Remerciements