JFHOD

P.219 - Les effets du jeûne intermittent sec (mois du Ramadan) sur les paramètres biologiques, radiologiques et anthropométriques dans la maladie du foie gras non alcoolique (NAFLD)

H. Mostapha Badran, M. Elsabaawy, A. Sakr, M. Eltahawy

Introduction

Le NAFLD est en tête de la liste des transplantation hépatique dans les pays développés. Malgré le flux de médicaments en attente, les modifications du mode de vie reste toujours la solution parfaite de NAFLD

 But: évaluer les effets à court terme du jeûne  intermittent sec (Mois du Ramadan ) sur divers paramètres biochimiques, radiologiques et anthropométriques chez les patients atteints de NAFLD

Patients et Methodes

Quatre-vingt-dix-huit patients du NAFLD ont été recrutés prospectivement et volontairement soumis à environ 16 heures de jeûne sec sur une moyenne de 22 à 29 jours (Mois de Ramadan)tout en suivant  leur alimentation habituelle dans leurs exigences saines. Les paramètres biologiques anthropométriques ainsi que L’analyse de l’impédance bioélectrique ont été notés La  stéatose a été classée en légère modérée sévère par échographie abdominal, Les resultants des  tests biologiques  ont été utilisés pour calculer les scores suivants: HOMA pour l’évaluation de la résistance à l’insuline, ainsi que les Score de fibrose NAFLD APRI et FIB4 pour l’estimation non invasive de la fibrose, Les mêmes paramètres ont été réévalués avant et après 30 jours d arrêt du jeûne (phase de Non jeûne). Les changements ont été comparés entre les 2 phases.

Résultats

Les patients recrutés étaient principalement des femmes (76,8%), hypertendus (34,7%), diabétiques (43,9%) avaient des critères de syndrome métabolique (67,3%), avec. Après le jeûne les transaminases hépatiques (ALAT&ASAT) ont diminué (p 0,003), ceci a continué le mois suivant (p 0,000), en particulier chez les sujets ayant ALAT élevée avant le jeûne (46 %). Onze d’entre eux (24,4 %) avaient une normalisation des ALAT après le jeûne d’un mois, un mois plus tard le nombre s’est accru  15 (33,3 %). Les profils lipidiques (cholestérol, triglycérides, HDL, LDL, rapport de risque cholestérol/HDL) ont tous été significativement corrigés après le jeûne intermittent (p 0,000) et ont continué dans la phase suivante (p 0,000). L’indice de masse corporelle (IMC) n’a diminué qu’après le jeûne (p 0,00), alors qu’aucun changement notable n’a été noté en ce qui concerne la taille, la hanche et l’épaisseur du pli triceps (p 0,07). Les indices glycémiques (Hba1c, postprandial, HOMA-IR) ont été significativement corrigés. Les marqueurs de la fibrose (FIB-4 et APRI) ont été considérablement améliorés (p 0,000), tandis que les marqueurs inflammatoires (la réduction de la protéine c-réactive n’a pas duré jusqu’à la fin de l’étude p 0,3).

Discussion

Conclusion

Chez Les patients de NAFLD, le jeûne intermittent a amélioré considérablement certains  paramètres, biochimiques et anthropométriques du syndrome métabolique, en particulier au cours de ses premières phases surtout chez les  prédiabétiques

Remerciements