JFHOD

P.118 - Les manifestations articulaires au cours des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin : épidémiologie et prise en charge thérapeutique

N. Benjelloun, I. Errabih, H. El Bacha, F. Souidine, L. Chahed Ouazzani, N. Benzzoubeir

Introduction

Les manifestations articulaires au cours des MICI représentent les manifestations extra digestives les plus fréquentes. Le but de notre étude est d'étudier le profil épidémiologique, clinique et d'évaluer la réponse thérapeutique de patients suivis pour MICI et ayant des manifestations articulaires à travers une série de cas.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective incluant tous les patients atteints de MICI et présentant des manifestations articulaires suivis dans notre service durant une période allant de Janvier 2012 au Janvier 2019.

Résultats

Sur 870 malades suivis pour maladies intestinales chroniques de l’intestin, les manifestations articulaires ont été retrouvées chez 205 malades (23,5 %), (138 MC, 67 RCH). Il s'agit de 120 femmes et de 85 hommes (sex-ratio F/H= 2,3) d'âge moyen 41 ans (19-75). Des antécédents familiaux de MICI ont été retrouvés chez 3 cas. D’autres manifestations extradigestives ont été constatées chez 14% des cas. L’atteinte colique et l’atteinte périnéale ont été retrouvées respectivement chez 53% et 33% des cas.  Les manifestations articulaires étaient dominées par l’atteinte périphérique notamment les arthralgies : 137 cas et les arthrites : 6 cas. L’atteinte axiale était à type de rachialgies dans 96 cas, de sacroiliites isolées dans 8 cas et de spondylarthrites ankylosantes dans 18 cas. Le bilan radiologique était normal dans 52,8% des cas. Pour la prise en charge thérapeutique, la majorité des patients ont reçu des antalgiques et 52,8% ont reçu une corticothérapie. Le traitement de fond indiqué était à base de salazopyrine dans 34%, d'azathioprine dans 34,2%, de méthotrexate dans 4%, et une biothérapie dans 12% des cas.

 

Discussion

Conclusion

Les manifestations articulaires doivent être dépistées au cours des MICI en particulier chez les malades âgés de plus de 35 ans, ayant une maladie de crohn colique ou périnéale et ceux présentant d’autres manifestations extra-digestives.

Remerciements