JFHOD

P13 - Les polypes coliques au Liban (localisation, nombre, histologie)

Abou Rached Antoine, Abi Kheir Selim, Khairallah Saad, Aftimos Georges

Introduction

La fréquence du cancer colorectal est élevée au Liban, le classant parmi les 4 premiers cancers, avec plus de 650 nouveaux cas par an pour une population de 4 millions d'habitants. L'histoire naturelle du cancer, comme transformation maligne d'un adénome bénin dans la majorité des cas, laisse espérer que la détection des adénomes et des polypes à potentiel malin pourrait réduire la mortalité du cancer colorectal. L'objectif est de réaliser une étude nationale multicentrique représentative de la population libanaise, dont le but est de dresser le bilan des polypes du côlon en fonction de leurs nombres, leurs localisations, leurs types histologiques, l'existence d'une tumeur colique synchrone associée.

Matériels et Méthodes

Une étude nationale rétrospective sur un échantillon représentatif de la population libanaise en collaboration avec l'institut national de pathologie est réalisée. Un total 1595 comptes rendu anatomopathologique de patients ayant subi une colonoscopie avec résection de polype, sur une période de 3 ans. Une revue des dossiers médicaux a été conduite en relevant l'âge et sexe des patients d'un coté et les caractéristiques des polypes (nombre, localisation et nature histologique) d'un autre coté. L'analyse statistique est effectuée avec l'aide du software « Statistical Package for Social Science Software (SPSS) »

Résultats

La prévalence des polypes coliques étaient similaires dans les 2 sexes. Plus de 78% des patients présentaient un seul polype indépendamment du type (78% des adénomes, 85% hyperplasique). 80% des adénomes et 89% des cancers colorectaux étaient retrouvés chez les patients de plus de 50 ans. Les adénomes étaient retrouvés surtout au niveau du colon sigmoïde et du colon droit (29% et 23% respectivement). La localisation du cancer colique était de 30%, 26% et 25% au niveau du colon sigmoïde, du colon droit et du rectum respectivement et rarement retrouvé au niveau du colon transverse (<5%) .Alors que les polypes hyperplasiques et inflammatoires étaient retrouvés principalement dans le rectum (38% v/s 48%) et le côlon sigmoïde (33% V/S 23%) respectivement. Les adénomes tubuleux représentaient 76% de tous les adénomes
Le cancer colorectal était synchrone d'un adénome dans 13% des cas, dont 33% au niveau du colon droit, 22% au niveau du colon gauche et dont la nature était villeuse et festonnée dans 27% et 20% respectivement. Le cancer colorectal était aussi synchrone de polype hyperplasique dans 7% des cas et d'un polype inflammatoire dans 2%. La prévalence du cancer colorectale était plus élevée en présence de polypes sessile (27%).

Conclusion

Dans notre étude les patients âgés plus de 50 ans ont 8 fois plus de risques de développer des polypes (surtout adénomateux) et cancer colorectal.
Le colon droit est le siège d'une prévalence élevée de localisation d'adénomes et cancer colique (23% et 26% respectivement) renforçant la théorie du virage a droite des cancers colorectaux.
Les cancers colorectaux synchrones sont plus associés a des adénomes de type villeux ou festonnés dans le colon droit. Une association intéressante, Les polypes hyperplasique étaient associés aux cancers colorectaux dans 7% des cas.