JFHOD

CO.51 - Les tumeurs intra-canalaires papillaires et mucineuses du pancréas présentant la mutation GNAS ont un meilleur pronostic par rapport à celles RAS-mutées

A. Parvanescu, M. Cesaretti, C. Silve, I. Bieche, V. Rebours, P. Lévy, A. Sauvanet, J. Cros, S. Gaujoux

Introduction

La prise en charge des TIPMP est principalement basée sur leurs charactéristiques clinico-radiologiques, ce qui est souvent insuffisant pour déterminer leur potentiel de malignité et leur risque de dégénérescence. 

A l'inverse, des critères histologiques et génétiques, comme le phénotype des TIPMP ou leur statut mutationnel, ne sont pas actuellement pris en compte dans la prise en charge des TIPMP, alors que l'apport de la biologie moléculaire est utilisé depuis plusieurs années dans la statégie thérapeutiques de nombreux cancers.

Le but de ce travail a été de déterminer le statut mutationnel GNAS, RAS, BRAF et PIK3CA chez les patients opérés pour TIPMP et le corréler aux caractéristiques cliniques, histologiques et de survie de ces patients.

Matériels et méthodes

149 patients consécutifs opérés d’une TIPMP ont été inclus et leur ADN tumoral extrait.

Le statut mutationnel GNAS a été déterminé par discrimination allélique (TaqMan) et confirmé par SNaPshot.

Le statut mutationnel RAS, BRAF et PIK3CA a été déterminé par fusion haute résolution et séquencage Sanger. 

Résultats

Les phénotypes gastrique et intestinal étaient les plus fréquents (52% et 41%).

Les TIPMP intestinales étaient associées à la dysplasie de haut grade (49%) et étaient les seules associées aux carcinomes colloides muqueux.

Toutes les TIPMP pancréato-biliaires étaient invasives et localisées dans le canal principal.

La mutation activatrice GNAS était associée au phénotype intestinal (p<10-4) tandis que les mutations de la voie RAS n’étaient associées avec aucun phénotype particulier.

Les gènes de la voie EGFR était rarement mutée (2%).

Les TIPMP GNAS mutées étaient rarement invasives (11%) et dans ce cas presque exclusivement (83%) colloïde et donc de meilleur pronostique.

En analyse univariée, la mutation GNAS était associée avec une meilleure survie. En analyse multivariée, pour les TIPMP invasives, seul le statut N0 était associéé avec une meilleure survie. 

Discussion

Conclusion

Chez les patients sélectionnés pour la chirurgie, l’analyse de la mutation GNAS et du phénotype tumoral permettent de mieux predire leur devenir  et  pourrait améliorer leur prise en charge à l’avenir.

Remerciements