JFHOD

P425 - Maladie cœliaque et foie

Boulaich Amal, Benelbarhdadi Imane, Ajana Fatima Zahra, Essamri Wafae, Afifi Rajaa, Benazzouz Mustapha, Essaid Abdellah
Introduction

La maladie coeliaque (MC) est une entéropathie inflammatoire auto-immune qui peut s'accompagner de diverses manifestations extra-intestinales. L'atteinte hépatique est l'une des plus fréquentes. Le but de ce travail est de montrer l'impact du régime sans gluten sur l'évolution de l'atteinte hépatique associée, ou survenue au cours de l'évolution de la maladie coeliaque.

Matériels et Méthodes

Il s'agit d'une étude rétrospective déscriptive d'une série de 76 patients atteints de maladie coeliaque associée à une atteinte hépatique, colligée au service des maladies de l'appareil digestif ''Médecine C'' du CHU Ibn Sina de Rabat sur une période de 17 ans, allant de Janvier 1995 à Septembre 2012.

Résultats

Sur 185 malades atteints de maladie cœliaque suivis dans notre formation, 76 patients présentaient une atteinte hépatique associée, soit une prévalence de 41%. L'âge moyen de nos patients est de 33,7 ans (extrêmes allant de 13,5 à 61 ans). On note une nette prédominance féminine avec un sexe ratio F/H de 4.La découverte de l'atteinte hépatique était concomitante à celle de la MC dans 86,8%, révélatrice de la MC dans 10,5% des cas, alors que dans deux cas, l'atteinte hépatique est survenue au cours de l'évolution de la MC, soit 2,7%. Les différentes atteintes hépatiques associées à la MC étaient représentées par : une hépatite auto-immune dans 6 cas, une cirrhose biliaire primitive dans 3 cas, une hépatite virale B dans 3 cas, un cavernome portal dans 2 cas, une HTP idiopathique dans 2 cas, une hépatite granulomateuse tuberculeuse dans 2 cas, une sarcoïdose hépatique dans un cas et un carcinome hépatocellulaire dans un cas, alors que l'atteinte hépatique cryptogénétique, de loin la plus rencontrée avec 56 cas (73,7%) était représentée par la stéatose hépatique, une stéatohépatite massive, l'hypertransaminasémie cryptogénétique, la cirrhose cryptogénétique et l'hépatite chronique non spécifique à la PBH. Tous nos patients ont bénéficié d'un RSG associé à une correction des éventuelles carences. Quant au traitement spécifique de l'atteinte hépatique associée, il a consisté en une corticothérapie et immunosuppresseurs chez 2 malades ayant une HAI active, Acide Urso-desoxycholique chez une patiente ayant une CBP, Diurétiques et ligature élastiques de varices oesophagiennes chez 6 malades ayant une cirrhose décompensée et traitement antituberculeux chez les deux malades ayant une tuberculose hépatique. L'évolution de la maladie cœliaque était favorable chez 88,6% des cas, alors que celle de l'atteinte hépatique associée était marquée par : Normalisation du bilan hépatique dans les hypertransaminasémies cryptogénétiques un mois à un an après début du RSG dans 100% des cas, normalisation des données échographiques et biologique en cas de stéatose hépatique dans 92,6% des cas, stabilisation des cirrhoses cryptogénétiques associées à la MC dans 71,42% des cas, la bonne évolution clinique et biologique chez les deux patientes porteuses d'HAI après traitement par les corticoïdes et les immunosuppresseurs, et normalisation du bilan hépatique chez les deux patientes ayant une CBP après début du RSG.

Conclusion

L'atteinte hépatique est fréquente au cours de la maladie cœliaque. Dès lors, une maladie cœliaque doit être systématiquement recherchée, par un dosage des anticorps anti-endomysium, chez tout patient ayant une cytolyse chronique d'origine inexpliquée, même en l'absence de tout symptôme digestif.