JFHOD

P480 - Maladie de Crohn avec un pyoderma gangrenosum sévère et récidivant

Benyahia Abderrahmane, N. Bounab, S. Berkane

Introduction

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin, pouvant se compliquer d’autre atteinte hors que celle du tube digestive comme le pyoderma gangrenosum, qui est une dermatose neutrophilique associé dans 70 % à une maladie inflammatoire de l’intestin, une poly-arthrite rhumatoïde ou un psoriasis.

Patients et Méthodes

C’est le cas d’une patiente âgée de 23 ans, originaire  et demeurant à  la petite Kabylie, célibataire, atteinte d’une maladie de Crohn  pancolique avec des lésions ano-périnéales et un pyoderma gangrenosum des deux chevilles et du visage, évoluant depuis 2007, en échec à l’azathioprine actuellement sous anti tnf  depuis plus de 18 mois.

Résultats

Une poussée sévère inaugurale était le mode d’entrée à sa maladie, traité par corticoïde, suivie de plusieurs poussées sévères de sa maladie ou l’azathioprine  a était préscrit comme traitement d’entretien avec bonne évolution clinique  et biologique et endoscopie soutenue pendant une année, la patiente a présenté d’autre poussée sévère suite à la rupture de ce médicament.

Sa maladie s’est compliquée d’une sténose rectale, avec atteinte colique sévère et étendu, ou une colectomie totale a été faite avec une anastomose iléo rectale et une iléo-stomie de protection, quelque mois plutard un pyoderma gangrenosum de la cheville droite est apparu associé à une fistule recto vaginale qui a été drainé par séton traités par corticoïde  et azathioprine. Les antis TNF (adalimumab) débuté en 2013, devant ses lésions sévères avec une bonne évolution clinique et dermatologique, à S8  récidive du même pyoderma gangrenosum qui a été traité par corticoïde (schéma de TRUE LOVE) d’où sa cicatrisation, quelques mois plutard apparition d’un autre pyoderma gangrenosum du visage traité par cortico thérapie orale et la cicatrisation a été obtenu en deux mois. En décembre 2014, survenue d’une poussée sévère de  sa maladie dont la rectoscopie a retrouvé des lésions sévères (ulcérations en puits), une double optimisation associée à l’azathioprine n’a pas donné de cicatrisation après 2 mois de traitement par contre apparition d’un pyoderma gangrenosum sur la cheville gauche. Un switch vers l’infliximab était la décision thérapeutique au lieu d’une proctectomie définitive depuis 02 mois.

Conclusion

Le pyoderma gangrenosum peut compliquer une maladie de Crohn,  être très sévère et autonome : évoluant pour son propre compte et réfractaire à toute thérapeutique.