JFHOD

P.173 - Maladie de Crohn et maladie de Verneuil ano-périnéale : une association rare et handicapante

O. Kharmach, I. Benelbarhdadi, F.Z. Ajana

Introduction

La maladie de Crohn (MC) et la maladie de Verneuil (MV) présentent de nombreuses similitudes : maladies chroniques, récidivantes, destructrices, évoluant par poussée-rémission. La localisation ano-périnéale est fréquente dans les deux affections et a un impact majeur sur le pronostic et la qualité de vie des patients. Les objectifs de notre travail visent à mettre en évidence la rareté de cette association méconnue et pourtant préoccupante, et de souligner l’importance de la chirurgie pour un traitement efficace de la MV afin d’éviter les récidives.

 

Matériels et méthodes

Etude rétrospective sur une période de 17ans (2001-2018), colligeant les cas hospitalisés dans notre formation pour prise en charge d’une maladie de Crohn associée à une maladie de Verneuil. Les données ont été recueillies à partir des registres de Crohn du service.

Résultats

Sur 831 patients suivis pour maladie de Crohn, nous avons pu recueillir l’association de maladie de Crohn et maladie de Verneuil chez un seul malade. Il s’agit d’un homme de 27 ans, tabagique, sans antécédents familiaux de MC ni MV. Le diagnostic de MC a précédé celui de MV. L'atteinte ano-périnéale de MC était associée à une atteinte iléo-caecale, celle de MV était isolée. Le patient a bénéficié d’hémi-colectomie droite et drainage de fistules anales pour sa MC, puis drainage de fistules périnéales de sa MV avec colostomie de décharge (à titre externe) puis perdu de vue. L’évolution est marquée par la récidive des lésions périnéales de MV. Au bilan morphologique : MC en rémission, IRM pelvienne : Fistules périnéales ne communiquant pas avec canal anal. Le malade a bénéficié d’une large exérèse des parties molles malades pour un traitement efficace de sa MV avec rétablissement de continuité digestive. 

Discussion

Cette association concerne surtout les femmes, de 30 à 40 ans. Le diagnostic de la MC précède le plus souvent celui de MV. La MC atteint quasiment toujours la région ano-périnéale, côlon et rectum. La MV a une localisation préférentielle au niveau axillaire chez la femme, ano-périnéale chez l’homme. Elles ont des morbidités communes : SPA, EN… Le diagnostic de MV est clinique. Le diagnostic différentiel est difficile dans le cas de localisations péri anales isolées, et ce même sur l’histologie, la colonoscopie est indispensable quand la question se pose, même en l’absence d’autre symptomatologie digestive. La chirurgie est le seul traitement efficace de la MV, le simple drainage n’est pas efficace, la récidive dans le même territoire étant inéluctable, le traitement repose sur l’ablation complète des tissus malades. La cancérisation est exceptionnelle. 

Conclusion

Cette association n'est peut-être pas fortuite. La MC survient en général avant la MV, affectant surtout la région ano-périnéale, rectum et côlon. Son évolution est sévère et probablement de même pour la MV. La prise en charge thérapeutique dans l'atteinte ano-périnéale est difficile, son caractère récidivant nécessitant des interventions chirurgicales itératives constitue un réel handicap. 

Remerciements