JFHOD

CO.122 - Modification de l’immunité systémique innée et acquise induite par la radiofréquence percutanée pour carcinome hépatocellulaire unifocal développé sur cirrhose

J.C. Nault, P. Rochigneux, F. Gondois-Rey, N. Barget, L. Del Pozo, V. Bourcier, V. Grando, G. Nkontchou, P. Nahon, O. Seror, M. Ziol, D. Olive, N. Ganne

Introduction

La nécrose tumorale induite par l'hyperthermie lors d’une ablation percutanée par radiofréquence (RFA) pourrait être à l’origine d’une stimulation d’une réponse immunitaire anti-tumorale. Notre objectif a été d’explorer de manière prospective les modifications de l’immunité systémique induite par la RFA pour carcinome hépatocellulaire (CHC) développé sur cirrhose.

Matériels et méthodes

Cette étude a inclus de manière prospective tous les patients consécutifs volontaires ayant un CHC unifocal de moins de 5 cm développé sur cirrhose compensée histologiquement prouvée, traité par une première RFA dans un centre expert entre 2010 et 2014. Après signature d’un consentement éclairé, chaque patient a eu un prélèvement le jour de la RFA (J0), à la 24ème heure (J1) et à 1 mois (J30) pour l’isolement de cellules mononucléées fraiches et l'analyse phénotypique et fonctionnelle des cellules myéloïdes et des lymphocytes T, NK et γδ par cytométrie de flux. Les patients ont été divisés en une cohorte de test (n=43) et une cohorte de validation (n=37).

Résultats

80 patients atteints de CHC sur cirrhose incluant 69% d’homme, d’âge médian de 67 ans ont été inclus prospectivement dans l’étude. Les causes de l’hépatopathie sous-jacente étaient: l’alcool (51%), une hépatite C (45%), une hépatite B (9%) et/ou un syndrome métabolique (36%). 75% des CHC mesuraient de moins de 3 cm et le taux médian d’AFP était de 9 ng/ml. Après un suivi médian de 56 mois, la survie globale à 3 et 5 ans était de 75 % et 47% et l’incidence cumulée de récidive tumorale globale de 60% à 3 ans et 78% à 5 ans. L’analyse des cellules myéloïdes a montré une hausse significative du nombre des monocytes entre J0 et J1 (p=0,002), puis un retour à la valeur basale à J30. A l’inverse, le taux de cellules dendritiques plasmacytoïdes (pDC) diminuait de manière significative entre J0 et J1 puis réaugmentait à sa valeur basale à J30 dans les cohortes de test (P=0.0013) et de validation (P <0.0001). Si les taux de lymphocytes NK (totaux, dim et  bright) ne variaient pas de manière significative, une diminution de l’expression de NKp30 dans les cellules NK était observée entre J0 et J1 avant de revenir à un niveau basal à J30 dans les cohortes de test (P=0.0064) et de validation (P<0.0001). Aucune variation n’a été observée pour les taux de cellules myéloïdes immatures (MDSC), des lymphocytes T4, et δγ, ainsi que pour l’expression par les lymphocytes T des marqueurs ICOS, PD1, PDL1.  Enfin, nous avons observé une augmentation significative à J30 du taux de cellules lymphocytes CD8 central mémoire (CD8 CM) (P<0.001) ainsi que de l’expression du récepteur de co-stimulation CD28 des lymphocytes CD8 (P<0.001) à J30 après RFA. 

Discussion

Conclusion

La RFA de CHC sur cirrhose s’accompagne de modifications à la fois précoces et tardives de l’immunité systémique. Une variation transitoire de l’immunité innée (monocytes, pDC, expression de NKp30) et une stimulation persistante de l’immunité acquise (hausse des CD8 CM et de l’expression de CD28) sont observées suggérant un rôle immunomodulateur de l’ablation thermique. La corrélation avec les caractéristiques cliniques et la récidive tumorale est en cours d’analyse. 

Remerciements

Co-Financement de ce projet par la bourse FARE de la SNFGE