SNFGE SNFGE
 
Thématique :
- Pancréas/Voies biliaires
Originalité :
Intermédiaire
Solidité :
Très solide
Doit faire évoluer notre pratique :
Dans certains cas
 
 
Nom du veilleur :
Docteur Marine CAMUS DUBOC
Coup de coeur :
 
 
Gastroenterology
  2018/08  
 
  2018 Aug;155(2):469-478.e1.  
  doi: 10.1053/j.gastro.2018.04.013.  
 
  Nationwide Trends in Acute and Chronic Pancreatitis Among Privately Insured Children and Non-Elderly Adults in the United States, 2007-2014.  
 
  Sellers ZM, MacIsaac D, Yu H, Dehghan M, Zhang KY, Bensen R, Wong JJ, Kin C, Park KT  
  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29660323  
 
 

Abstract

BACKGROUND & AIMS:

Epidemiologic analyses of acute pancreatitis (AP) and chronic pancreatitis (CP) provide insight into causes and strategies for prevention and affect allocation of resources to its study and treatment. We sought to determine current and accurate incidences of AP and CP, along with the prevalence of CP, in children and adults in the United States.

METHODS:

We collected data from the Truven MarketScan Research Databases of commercial inpatient and outpatient insurance claims in the United States from 2007 through 2014 (patients 0-64 years old). We calculated the incidences of AP and CP and prevalence of CP based on International Classification of Diseases, 9th Revision diagnosis codes. Children were defined as 18 years or younger and adults as 19 to 64 years old.

RESULTS:

The incidence of pediatric AP was stable from 2007 through 2014, remaining at 12.3/100,000 persons in 2014. Meanwhile, the incidence for adult AP decreased from 123.7/100,000 persons in 2007 to 111.2/100,000 persons in 2014. The incidence of CP decreased over time in children (2.2/100,000 persons in 2007 to 1.9/100,000 persons in 2014) and adults (31.7/100,000 persons in 2007 to 24.7/100,000 persons in 2014). The prevalences of pediatric and adult CP were 5.8/100,000 persons and 91.9/100,000 persons, respectively, in 2014. Incidences of AP and CP increased with age. We found little change in incidence during the first decade of life but linear increases starting in the second decade.

CONCLUSIONS:

We performed a comprehensive epidemiologic analysis of privately insured, non-elderly adults and children with AP and CP in the United States. Changes in gallstone formation, smoking, and alcohol consumption, along with advances in pancreatitis management, may be responsible for the stabilization and even decrease in the incidences of AP and CP.

 

 
Question posée
 
Dans cette étude, les auteurs ont déterminé en s’appuyant sur la base de données des réclamations aux assurances santé aux USA (2007-2014) pour la prise en charge des patients en hospitalisation ou en ambulatoire l’incidence actuelle de la pancréatite aiguë (PA) et chronique (PC), ainsi que la prévalence de la PC, chez les enfants et les adultes aux États-Unis.
 
Question posée
 
L'incidence de la PA pédiatrique est restée stable entre 2007 et 2014, alors qu’elle a diminuée chez l'adulte. L'incidence de la PC a diminué avec le temps chez les enfants (1,9/100 000 en 2014) et chez les adultes (24,7/100 000 personnes en 2014). La prévalence de la PC chez les enfants et les adultes était de 5,8/100 000 personnes et de 91,9/100 000 personnes, respectivement, en 2014. Les incidences de la PA et de la PC ont augmenté avec l'âge. Nous avons constaté peu de changement dans l’incidence au cours de la première décennie de la vie, mais des augmentations linéaires à partir de la deuxième décennie.
 
Commentaires

Les auteurs ont effectué une analyse épidémiologique intéressante et actuelle et de la pancréatite aiguë et chronique chez les enfants et les adultes aux États-Unis. Ils n’étaient cependant pas capables de vérifier l'exactitude des diagnostics attribués à chaque patient dans cette base de données assurantielle. L'analyse n'incluait pas non plus les personnes âgées de 65 ans et plus, recevant Medicaid ou Medicare.

La meilleure prise en charge du tabagisme et de la consommation d’alcool, ainsi que des progrès dans la prise en charge de la pancréatite, pourraient-ils être responsables de la stabilisation, voire de la diminution de l’incidence des AP et des PC ?

 
www.snfge.org