JFHOD

C.017 - Nivolumab (NIVO) et chimiothérapie (Chimio) ou ipilimumab (IPI) vs chimiothérapie en traitement de première ligne du carcinome épidermoïde de l'œsophage avancé (CEO)  : étude CheckMate 648

A. Adenis, I. Chau, Y. Doki, J. Ajani, J. Xu, L. Wyrwicz, S. Motoyama, T. Ogata, H. Kawakami, C.H. Hsu, F. El Hajbi, M. Di Bartolomeo, M.I. Braghiroli, E. Holtved, I. Xynos, X. Liu, M. Lei, K. Kondo, K. Kato, Y. Kitagawa

Introduction

NIVO a montré une amélioration de la survie globale (SG) par rapport à la Chimio seule chez des patients (pts) atteints de carcinome épidermoïde de l'œsophage avancé (CEO) pré-traités (Etude ATTRACTION-3). Nous présentons ici les données de SG et de survie sans progression (SSP) de l’étude CheckMate 648 (NCT03143153), première étude internationale, de phase 3 évaluant les associations d’immuno-oncologie (IO)/Chimio et IO/IO dans le CEO avancé.

Patients et Methodes

l’étude a inclus des pts atteints de CEOs avancés non pré-traités par Chimio pour CEO avancé, non résécables, récidivants ou métastatiques, quelle que soit le degré d’expression de PD-L1. Les pts ont été randomisés pour recevoir soit NIVO (240 mg /2sem) + Chimio (fluorouracile + cisplatine /4sem), soit NIVO (3 mg/kg /2sem) + IPI (1 mg/kg /6sem) ou Chimio seule. Les critères d'évaluation principaux étaient la SG et la SSP via une analyse indépendante en aveugle (BICR) chez les patients dont le taux d’expression tumorale PD-L1 ≥ 1 %. Les critères d'évaluation secondaires testés hiérarchiquement comprenaient l’étude de la SG et de la SSP chez tous les pts randomisés.

Résultats

970 pts ont été randomisés et 49 % d’entre-eux exprimaient PD-L1 (PD-L1 ≥ 1 %). Avec un suivi minimum de 13 mois (mo), NIVO+chimio et NIVO+IPI ont significativement amélioré la SG par rapport à la Chimio chez les pts avec expression tumorale PD-L1 ≥ 1 % et ainsi que chez tous les pts randomisés (tableau). Un bénéfice statistiquement significatif de SSP a également été observé pour NIVO+Chimio vs Chimio (HR 0,65 [IC 98,5 % 0,46-0,92] ; P = 0,0023) chez les pts avec une expression tumorale PD-L1 ≥ 1 %, mais non chez les pts PD-L1 ≥ 1 % exposés à NIVO+IPI. Le taux de réponse objective (via BICR) était de 53% (NIVO+Chimio), 35% (NIVO+IPI) et 20% (Chimio) pour les pts avec PD-L1 ≥ 1% et de 47% , 28 % et 27 %, respectivement, pour tous les pts randomisés. Une durée médiane de réponse plus longue (IC à 95 %) a également été observée avec NIVO+Chimio et NIVO+IPI par rapport à Chimio pour les pts PD-L1 ≥ 1 % : 8,4 (6,9–12,4), 11,8 (7,1–27,4) et 5,7 (4,4–8,7) mois et pour tous les pts randomisés : 8,2 (6,9–9,7), 11,1 (8,3–14,0) et 7,1 (5,7–8,2) mois, respectivement. La typologie et la fréquence des effets indésirables observés avec NIVO+chimio et NIVO+IPI ne différaient pas de leurs profils de toxicité connus (tableau).

Discussion

Conclusion

Les traitements NIVO + Chimio et NIVO + IPI ont tous deux démontré un allongement de la SG par rapport à Chimio, avec des réponses objectives prolongées et une tolérance acceptable, représentant donc de nouvelles options thérapeutiques de première ligne pour le CEO avancé.

Tableau

SG (PD-L1 ≥ 1%) 

NIVO + chemo 

N = 158 

NIVO + IPI 

N = 158 

Chemo 

N = 157 

Médiane, mo (IC 95%) 

15.4 (11.9–19.5) 

13.7 (11.2–17.0) 

9.1 (7.7–10.0) 

HR vs Chimio (IC; P) 

0.54 (IC 99.5%, 0.37–0.80;  

P < 0.0001) 

0.64 (IC 98.6%, 0.46–0.90;  

P = 0.001) 

– 

SG (tous les patients randomisés) 

N = 321  

N = 325  

N = 324  

Médiane, mo (95% CI) 

13.2 (11.1–15.7) 

12.8 (11.3–15.5) 

10.7 (9.4–11.9) 

HR vs Chimio (IC; P) 

0.74 (IC 99.1%, 0.58–0.96;  

P = 0.0021) 

0.78 (IC 98.2%, 0.62–0.98;  

P = 0.011) 

– 

Tolérance: évènements liés au traitement (tous les pts traités), n (%) 

N = 310 

N = 322 

N = 304 

Tout grade/grade 3−4 

297 (96)/147 (47) 

256 (80)/102 (32) 

275 (90)/108 (36) 

Menantàl’arrêtdutraitementa 

106 (34) 

57 (18) 

59 (19) 

Décès 

5 (2) 

5 (2) 

4 (1) 

aLié à toute molécule du traitement 

Remerciements

Bristol Myers Squibb est le promoteur de l'étude. Communication présentée à l'ASCO 2021.