JFHOD

P.462 - Œsophagite mycosique du sujet séronégatif au VIH : profils épidémiologique, clinique et endoscopique

S. Djedanoum, M. Bandar, F.Z. Elrhaoussi, M. Tahiri, F. Haddad, W. Hliwa, A. Bellabah, W. Badre

Introduction

L’œsophagite mycosique du sujet séronégatif au VIH est observée à la fibroscopie. On se propose de décrire dans cette série ses aspects épidémiologique, clinique et endoscopique.

Patients et Methodes

Etude rétrospective descriptive de janvier 2017 à Mai 2021 portée sur 70 cas d’œsophagite mycosique chez le sujet séronégatif au VIH. Ce diagnostic était porté par la fibroscopie notant la présence de plaque blanchâtre ou jaunâtre au niveau de la muqueuse œsophagienne avec ou sans ulcération, confirmé ou non à l’examen mycologique.

Résultats

: L’œsophagite mycosique a représenté 1,03% (70/6750 FOGD) des lésions vues à la fibroscopie. Elle a concerné 44 hommes et 26 femmes. L’âge moyen des patients était de 52 ,4 ans. Les symptômes œsophagiens à type de dysphagie et odynophagie ont été rapportés dans 14,2%. Cette affection était associée à la candidose oro-pharyngienne dans 5,8%. Les comorbidités notées étaient l'insuffisance rénale chronique (17,1%), le diabète et Ia cirrhose décompensée retrouvés dans  11,4% chacun. Cependant 24,2% des patients étaient sans antécédents.

L’œsophagite mycosique était associée à la prise de corticoïde (5,7%), de chimiothérapie (2.9%), d'IPP (11,4%). L’aspect endoscopique le plus décrit était la présence de plaque blanchâtre sans ulcération (80%). Cette mycose occupait la totalité de Ia muqueuse œsophagienne à 61,4%.

Discussion

Conclusion

: La candidose œsophagienne est une infection opportuniste survenant dans un contexte d'immunodépression, de prise médicamenteuse et pourrait être favorisée par une comorbidité. Ainsi sa survenue chez un malade indemne tel décrit dans notre étude justifie-t-elle une exploration approfondie du terrain?

Remerciements