JFHOD

CO0 - Optimisation de la CHIP par association d'oxaliplatine et d'irinotecan a 43 c après chirurgie complète : morbi-mortalité chez 106 patients.

Elias Dominique, Goéré D, Billard V, Pocard M, Rault A, Raynard B
Objectif

Les carcinoses péritonéales (CP) considérées classiquement comme fatales à court terme, peuvent maintenant être, pour certaines, guéries par une chirurgie de réduction tumorale (traitant la maladie péritonéale macroscopique) suivie immédiatement d'une chimio-hyperthermie intrapéritonéale (CHIP) (traitant la maladie péritonéale microscopique résiduelle). Par ailleurs, les polychimiothérapies sont plus efficaces que les mono-chimiothérapies, et la potentialisation de la chimio par la chaleur est d'autant plus forte que la température intrapéritonéale est élevée. Le but de cette étude est d'analyser la morbi-mortalité d'une chip réalisée avec de l'oxali et de l'irinotécan, à une température de 43°C, après chirurgie complète
 

Patients et Méthodes

106 patients consécutifs ont été inclus dans cette étude prospective de phase II. Après résection de la CP macroscopiquement décelable, la CHIP a été réalisée à ventre ouvert (Coliseum technique), avec de l'oxali (360 mg/m²) et de l' irinotecan (360 mg/m²) dans 2 L/m² de glucosé à 5%, durant 30 min. À une température partout supérieure à 42°C (comprise entre 42 et 45°C). Dans l'heure précédant la CHIP les patients recevaient une perfusion IV de of 5-fluorouracil (400 mg/m²) et d'acide folinique (20 mg/m²), aboutissant à recevoir finalement une tri-thérapie.
 

Résultats

La mortalité et la morbidité postopératoires ont été respectivement de 4% et 66%. Les complications les plus fréquentes ont été : les fistules digestives (24%), les infections pulmonaires (16%), et les aplasies médullaires sévères (11%). La morbidité étaient corrélée avec l'étendue de la CP (P = 0.0008), le nombre d'organes réséqués, (P = 0.0001), la durée de la chirurgie (P = 0.0001) et les pertes sanguines (P = 0.0001).
 

Conclusion

Cette CHIP optimisée sur 3 points (chirurgie complète, tri-thérapie et température IP > 42°C) présente une incidence acceptable d'effets secondaires néfastes au regard du gain de survie attendu.