SNFGE SNFGE
 
Thématique :
- Pancréas/Voies biliaires
Originalité :
Intermédiaire
Solidité :
Intermédiaire
Doit faire évoluer notre pratique :
Immédiatement
 
 
Nom du veilleur :
Docteur Patrick DELASALLE
Coup de coeur :
 
 
The American Journal of Gastroenterology
  2018/11  
 
  2018 Nov;113(11):1711-1719.  
  doi: 10.1038/s41395-018-0255-9.  
 
  Pancreatic Cancer Following Acute Pancreatitis: A Population-based Matched Cohort Study  
 
  Sadr-Azodi O, Oskarsson V, Discacciati A, Videhult P, Askling J, Ekbom A  
  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30315287  
 
 

Abstract

BACKGROUND:

Acute pancreatitis is linked to pancreatic cancer, but the direction of this association is not fully elaborated.

METHODS:

This was a population-based cohort study including all Swedish residents diagnosed with a first-time episode of acute pancreatitis between 1997 and 2013 and corresponding matched pancreatitis-free individuals from the general population. Hazard ratios for the association between acute pancreatitis and pancreatic cancer were estimated using multivariable Cox regression models.

RESULTS:

Overall, 49,749 individuals with acute pancreatitis and 138,750 matched individuals without acute pancreatitis were followed up for 1,192,134 person-years (median 5.3 years). A total of 769 individuals developed pancreatic cancer, of whom 536 (69.7%) had a history of acute pancreatitis. The risk of pancreatic cancer was substantially increased during the first few years after a diagnosis of acute pancreatitis but declined gradually over time, reaching a level comparable to the pancreatitis-free population after >10 years of follow-up. In those with non-gallstone-related acute pancreatitis, the risk of pancreatic cancer declined to a level comparable to the pancreatitis-free population only when follow-up time was censored for a second episode of acute pancreatitis or a diagnosis of chronic pancreatitis. Increasing number of recurrent episodes of acute pancreatitis was associated with increased risk of pancreatic cancer.

CONCLUSION:

These findings imply a delay in the diagnosis of pre-existing pancreatic cancer, if clinically presented as acute pancreatitis. Any association between non-gallstone-related acute pancreatitis and pancreatic cancer in the long-term (>10 years) could be mediated through recurrent acute pancreatitis or chronic pancreatitis.

 

 
Question posée
 
La découverte à court terme d’un cancer du pancréas après une pancréatite aiguë est bien connue et doit être cherché systématiquement. Les auteurs suédois posent la question de la pancréatite aiguë à l’origine de cancers du pancréas à distance, les études actuelles étant contradictoires. Pour répondre à cette question, ils ont comparé le risque de cancer du pancréas à long terme sur un registre national entre un groupe contrôle et des patients ayant présenté une pancréatite aiguë.
 
Question posée
 
Cette étude confirme le risque très important de découverte d’un cancer du pancréas dans les deux mois suivant une PA et important dans les 2 ans. Ce risque de cancer persiste au delà et nécessitera de refaire des examens rapprochés un traitement chirurgical curatif étant souvent possible dans les 6 mois suivant la PA. Le risque est particulièrement important au delà de 60 ans. L’inflammation de la PA pourrait être un facteur de cancer pancréatique du fait de l’augmentation du risque jusqu’à 10 ans après l’épisode de PA et même après 10 ans si on exclut les PA lithiasiques.
 
Commentaires

Un français est toujours admiratif des études suédoises qui comprennent l’ensemble de la population du pays avec un registre de mortalité depuis 1952 complété dans 99% des cas, un registre national de tous les cancers depuis 1958, un numéro d’identifiant national avec enregistrement de toutes les pathologies. L’éthique n’est pas oubliée car chaque étude sur ces bases de données doit avoir l’accord d’un comité indépendant.

49 749 patients ayant présenté une pancréatite aiguë ont été comparés à 138 750 contrôles appariés sans pathologie préexistante. 536 (1,1%) du groupe pancréatite ont présenté un cancer pancréatique. Dans le groupe contrôle on enregistre 233 cancers du pancréas. La différence est naturellement très significative dans les deux mois (HR 172) mais reste différente au de la de deux mois en baissant progressivement jusqu’à 10 ans ou par la suite il n’existe plus de différence.

La différence reste significative jusqu’à 4 ans dans les pancréatites aiguës biliaires. Pour les pancréatites aiguës non biliaires la différence reste significative au delà de 10 ans (HR 2).

Le risque est augmenté en cas de second épisode de PA même en excluant les pancréatites chroniques.

Le risque de cancer est particulièrement augmenté à 2 ans pour un âge supérieur à 60 ans.

Un traitement curatif était le plus souvent possible si le diagnostic de cancer était effectué dans les 6 mois suivant la PA.

L’augmentation du risque de cancer jusqu’à 10 ans et au delà en l’absence PA biliaires suggère un rôle de l’inflammation comme facteur de risque.

 
www.snfge.org