SNFGE SNFGE
 
Thématique :
- Pancréas/Voies biliaires
Originalité :
Intermédiaire
Solidité :
Très solide
Doit faire évoluer notre pratique :
Dans certains cas
 
 
Nom du veilleur :
Docteur Marine CAMUS DUBOC
Coup de coeur :
 
 
The Lancet
  2017/09  
 
  2017 Sep;390(10099):1027-1037.  
  doi: 10.1016/S0140-6736(17)31960-8.  
 
  Partial pancreatoduodenectomy versus duodenum-preserving pancreatic head resection in chronic pancreatitis: the multicentre, randomised, controlled, double-blind ChroPac trial.  
 
  Diener MK, Hüttner FJ, Kieser M, Knebel P, Dörr-Harim C, Distler M, Grützmann R, Wittel UA, Schirren R, Hau HM, Kleespies A, Heidecke CD, Tomazic A, Halloran CM, Wilhelm TJ, Bahra M, Beckurts T, Börner T, Glanemann M, Steger U, Treitschke F, Staib L, Thelen K, Bruckner T, Mihaljevic AL, Werner J, Ulrich A, Hackert T, Büchler MW; ChroPac Trial Group  
  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28901935  
 
 

Abstract

BACKGROUND:

There is substantial uncertainty regarding the optimal surgical treatment for chronic pancreatitis. Short-term outcomes have been found to be better after duodenum-preserving pancreatic head resection (DPPHR) than after partial pancreatoduodenectomy. Therefore, we designed the multicentre ChroPac trial to investigate the long-term outcomes of patients with chronic pancreatitis within 24 months after surgery.

METHODS:

This randomised, controlled, double-blind, parallel-group, superiority trial was done in 18 hospitals across Europe. Patients with chronic pancreatitis who were planned for elective surgical treatment were randomly assigned to DPPHR or partial pancreatoduodenectomy with a central web-based randomisation tool. The primary endpoint was mean quality of life within 24 months after surgery, measured with the physical functioning scale of the European Organisation for Research and Treatment of Cancer QLQ-C30 questionnaire. Primary analysis included all patients who underwent one of the assigned procedures; safety analysis included all patients who underwent surgical intervention (categorised into groups as treated). Patients and outcome assessors were masked to group assignment. The trial was registered, ISRCTN38973832. Recruitment was completed on Sept 3, 2013.

FINDINGS:

Between Sept 10, 2009, and Sept 3, 2013, 250 patients were randomly assigned to DPPHR (n=125) or partial pancreatoduodenectomy (n=125), of whom 226 patients (115 in the DPPHR group and 111 in the partial pancreatoduodenectomy group) were analysed. No difference in quality of life was seen between the groups within 24 months after surgery (75·3 [SD 16·4] for partial pancreatoduodenectomy vs 73·0 [16·4] for DPPHR; mean difference -2·3, 95% CI -6·6 to 2·0; p=0·284). The incidence and severity of serious adverse events did not differ between the groups. 70 (64%) of 109 patients in the DPPHR group and 61 (52%) of 117 patients in the partial pancreatoduodenectomy group had at least one serious adverse event, with the most common being reoperations (for reasons other than chronic pancreatitis), gastrointestinal problems, and other surgical morbidity.

INTERPRETATION:

No differences in quality of life after surgery for chronic pancreatitis were seen between the interventions. Results from single-centre trials showing superiority for DPPHR were not confirmed in the multicentre setting.

FUNDING:

German Research Foundation (DFG).

 

 
Question posée
 
Cet essai randomisé de supériorité, contrôlé, en double aveugle, effectué dans 18 hôpitaux d'Europe, a été mené pour comparer deux modalités chirurgicales dans le cadre du traitement de la pancréatite chronique. 250 patients ayant une indication de chirurgie élective pour une pancréatite chronique étaient randomisés soit pour une duodénopancréatectomie céphalique (duodénopancréatectomie sans résection pylorique ou duodénopancréatectomie classique avec gastrectomie distale), soit pour une résection de la tête pancréatique préservant le duodénum (RTPPD) (intervention de Beger, de Frey ou de Berne). Le critère de jugement principal était la qualité de vie dans les 24 mois suivant la chirurgie (échelle QLQ-C30).
 
Question posée
 
Les résultats des essais monocentriques montrant une supériorité pour la RTPPD n'ont pas été confirmés dans le cadre de cet essai randomisé multicentrique. Aucune différence dans la qualité de vie n'a été observée entre les deux groupes dans les 24 mois suivant la chirurgie (75,3 [SD 16,4] pour la duodénopancréatectomie cépahalique contre 73,0 [16,4] pour la RTPPD (différence moyenne -2,3, 95% CI -6,6 à 2,0; p = 0,284). Aucune différence dans la mortalité, la morbidité et l’incidence de l'insuffisance exocrine et du diabète n'ont été observés entre les deux interventions.
 
Commentaires

La force de cet essai est son design : multicentrique, randomisé, en double aveugle, ce qui est, pour l’évaluation de deux stratégies chirurgicales, remarquable.

Des améliorations significatives du score de qualité de vie et de l’échelle de la douleur dans les deux groupes ont montré que les deux procédures étaient efficaces dans le traitement de la pancréatite chronique.

Il est dommage que les différentes interventions de préservation duodénale n’est pas été différenciées ou analysées en sous-groupe.

Bien que le RTPPD ait offert des avantages en ce qui concerne le temps opératoire, la DPC pourrait être le traitement plus définitif puisqu'il était associé à moins de réadmission sur la période de suivi de 24 mois (27% dans le groupe DPC vs. 11% dans le groupe RTPPD, OR 0,3 IC95% 0,1-0,7; p= 0,002), sans pour autant se traduire par plus de réintervention chirurgicale (2% pour le groupe DPC vs. 5% pour le groupe RTPPD : OR 0,3 IC95% 0,0-1,9; p=0,165). 

 
www.snfge.org