JFHOD

CO0 - Performances diagnostiques de la recherche de la mutation de l'oncogène k-ras à partir du matériel cytologique prélevé sous échoendoscopie pour le diagnostic de cancer du pancréas

Bouisson Michele, Bournet B, Hammel Pascal, Aubert A, Levy P, Ruszniewski Philippe, Vaysse N, Escourrou J, Buscail L
Introduction

Une mutation ponctuelle activante de l'oncogène kirsten-ras (k-ras) est présente dans 85 à 95 % des cancers du pancréas (CP). La recherche de cette mutation dans le suc pancréatique présente une sensibilité de 67 % et une spécificité de 85 % pour le diagnostic de cancer du pancréas (incluant 13 % d'échec d'amplification). La précision diagnostique de la ponction biopsie dirigée sous échoendoscopie (PBEE) pour le diagnostic de masse solide du pancréas va de 81 à 85 % en intention de ponction. L'adjonction de la recherche de la mutation de l'oncogène k-ras pourrait augmenter ce rendement. Le but de la présente étude était d'évaluer de façon rétrospective et bi centrique la valeur diagnostique de l'analyse de l'oncogène k-ras à partir du matériel de PBEE.

 

Patients et Méthodes

Chez 59 patients (H : 42, F : 17, âge moyen 60 ± 11 ans, extrêmes : 32 - 85 ans) explorés dans deux centres référents français et porteurs d'une masse solide pancréatique, une PBEE a été effectuée. Une fraction du matériel cytologique a été conservée pour la recherche de la mutation de l'oncogène k-ras. Après extraction de l'ADN, cette recherche a été faite par analyse RFLP. En cas de mutation présente, une confirmation par séquençage direct était systématiquement réalisée. L'étude moléculaire a été faite de façon rétrospective après obtention du diagnostic final à partir de l'analyse histologique de la PBEE ou de l'exérèse chirurgicale ou du suivi clinique. Il s'agissait d'un adénocarcinome dans 41 cas, d'une pancréatite chronique dans 8 cas et d'autres lésions dans 10 cas (tumeur endocrine, métastase pancréatique, autre tumeur).

 

Résultats

Un échec d'amplification a été noté dans 2 cas (3,4 % de la série). Une mutation de k-ras était retrouvée dans 31 cas d'adénocarcinome, dans 1 cas de pancréatite chronique et dans 1 cas de carcinome endocrine. En incluant les échecs d'amplifications, les valeurs diagnostiques de la recherche de la mutation de k-ras dans le matériel de PBEE pour le diagnostic de cancer du pancréas étaient : sensibilité 77,5 %, spécificité 89 %, précision 80 %.

 

Conclusion

Après évaluation bi centrique, les performances de la recherche de la mutation de l'oncogène k-ras pour le diagnostic de cancer du pancréas sont supérieures à celles de l'analyse antérieurement évaluée sur le suc pancréatique pur. De plus, les échecs d'amplification sont plus faibles compte tenu de la richesse de la cellularité. Ce nombre d'échecs peut être encore réduit par l'utilisation de nouveaux kits d'extraction d'ADN. Compte tenu de ces performances, le couplage de l'analyse histo cytologique et celle du k-ras à partir du matériel de cytoponction devrait augmenter les performances de la PBEE pour diagnostic positif et différentiel des masses solides pancréatiques. Ceci doit être évalué de façon prospective et multicentrique.