JFHOD

P.518 - Perte de réponse à l'anti-TNFα dans la maladie de Crohn

F.Z. Chabib, I. Benelbarhdadi, F.Z. Ajana

Introduction

Les  (anti-TNF) sont un pilier dans le traitement des maladies inflammatoires de l'intestin (MICI), mais une proportion significative de patients ne répondent pas ou perdent leur réponse à ces traitements au fil du temps. le but de notre étude est de déterminer les facteurs prédictifs de perte de réponse des (anti-TNF) dans maladie de crohn .  

Patients et Methodes

Étude rétrospective monocentrique incluant les patients atteints de maladie de crohn , suivis sur une période de 1 an et qui sont en perte de réponse secondaire . On a défini la perte de réponse par les situations suivantes : escalade de la dose, switch pour un autre anti TNF , une poussée ou chirurgie sous traitement . On a exclu de cet étude  les patients avec une perte de réponse primaire . les facteurs prédectifs ont été étudiés par méthode non paramétrique de kaplan-Meier de la fonction de survie (logiciel statistique SPSS). On a étudié les facteurs suivants : âge, sexe, le tabac, l’ancienneté de la maladie, la localisation de la maladie , le phénotype , la présence d’une atteinte périnéale , le type d’anti-TNF , et l’association à un antiTNF (combothérapie).  

Résultats

Sur un total de  108 patients sous anti-TNF , 85 patients répondent aux critères d’inclusion . Il s’agit de 50 femmes et 35 hommes avec un sexe ration de 1.42. L’âge moyen était de 34.75+/- 13.119 [16 ;72] .  83.5 % était sous infliximab, et 16.5 % d’adalimumab. 74.1% était sous combothérapie. La durée moyenne d’évolution de la maladie était de 11.83 ans [2 ; 32] . selon la classification de montréal le phénotype est répartie ainsi :  B1 : 24.7% , B2 : 15.3% , B3 : 60%    et localisation est répartie ainsi : L1 : 32.9% , L2 : 23.5% , L3 : 40% , L4 : 3.5% . l’atteinte périnéale était présente chez 54.1%. Les indications de Biothérapie sont : Forme fistulisante 43.5%, échec d’immunosuppresseurs ( purine et /ou méthotrexate ) : 27.1%, récidive post opératoire : 9.4% , corticodépendance : 5.9% , intolérance au immunosuppresseurs : 2.04% , et manifestations extradigestives 1.2% . La perte de réponse à un an a été noté chez  47.1 % (40 cas) .  Le délai moyen était de 43.86+/- 12.928 semaines. L’étude de facteurs de pertes de réponse en analyse univarié a retrouvé comme facteurs prédectifs d’échec, le phénotype fistulisant (p= 0.001) et  la présence d’atteinte périnéale (p= 0.036).  

Discussion

Conclusion

Malgré l’efficacité des anti-TNF , notre étude montre un taux d’échec à 1 an non négligeable estimé à 47.1% ,  le phénotype fistulisant et la présence de manifestations anopérinéales sont significativement associés à la perte de réponse précoce aux anti TNF  .

Remerciements