JFHOD

P.481 - Peut-on prédire la résécabilité des adénocarcinomes du pancréas sur des critères clinico-biologiques précoces au moment du diagnostic ?

F. Aissaoui, M. Zakhama, R. Baklouti, M. Ben Abdelwahed, A. Guediche, W. Bouhlel, W. Ben Mansour, H.L. Mohamed, B.C. Nabil, L. Safer

Introduction

L’adénocarcinome (ADK) pancréatique est la 4ème cause de décès par cancer. La chirurgie reste le seul traitement à visée curative, mais celle-ci n’est possible que dans 20 % des cas dans les meilleures séries.

L’objectif de notre étude est de rechercher les critères précoces cliniques et biologiques permettant de prédire la résécabilité des adénocarcinomes pancréatiques avant même d’entamer le bilan d’extension.

Patients et Methodes

Il s’agit d’une étude rétrospective ayant incluant 82 cas d’ADK pancréatiques colligés entre 2001 et 2017 dans le service de gastro-entérologie de Monastir. Les patients ont été classés en 3 groupes : tumeur Résécable (G1), tumeur localement avancé (G2) et tumeur métastatique (G3). Les données cliniques, biologiques et morphologiques ont été rapportées.

Résultats

Notre série comportait 82 patients : 49 hommes (59,7%) et 33 femmes (40,3%). L’âge moyen était de 65,4 [45-93]. Cinq patients (6,1%) avaient des antécédents familiaux d’ADK pancréatique et 2 patients (2,4%) avaient des antécédents de néoplasie entrant dans le cadre du syndrome de Lynch. La tumeur était de localisation céphalique dans 52,4% des cas, corporéale dans 18,3% des cas, caudale dans 13,4% des cas, corporéo-caudal dans 12,2% des cas et corporéo-céphalique dans 3,7% des cas. La taille moyenne des nodules était de 4,2 cm [2-20].

 Le premier groupe (G1) comprenait 10 patients (12,2%), le deuxième groupe (G2) 14 patients (17,1%) et le troisième groupe (G3) 58 patients (70,7%).

En analyse uni et multivariée, on retrouve 3 critères qui diminuent la probabilité d’avoir une tumeur résécable au moment du diagnostic : un score OMS supérieur ou égal à 2 (p < 10-3), la présence d’une hépatomégalie à l’examen clinique initial (p = 0.02) et une taille de la tumeur > 3 cm (p < 10-3). Aucune association n'a été observée avec la présence d’ictère, de perte de poids ou de douleur pancréatique au moment du diagnostic.

Discussion

Conclusion

 Cette étude monocentrique permet de définir un profil clinico-biologique et d’imagerie simple prédictif de la résécabilité de l’ADK pancréatique au moment du diagnostic. Une étude à plus large échelle pourrait permettre d’affiner les critères de sélection des patients pour la chirurgie.

Remerciements