JFHOD

CO.46 - Plexites myentériques et récidive post-opératoire de la maladie de Crohn : implication des cellules gliales entériques et d'ICAM-1

C. Le Berre, J. Pabois, T. Durand, E. Durieu, M. Rolli-Derkinderen, C. Bossard, J. Podevin, M. Neunlist, I. Neveu, P. Naveilhan, A. Bourreille

Introduction

Cinquante pour cent des patients atteints de maladie de Crohn (MC) sont opérés dans les vingt premières années de leur maladie avec un risque majeur de récidive. Parmi les facteurs de risque de récidive précoce, la présence de plexites myentériques (≥ 1 cellule immunitaire au contact des ganglions de la marge proximale de résection) a été intégrée aux recommandations européennes (Gionchetti et al., 2017) mais ce critère n’est pas utilisé du fait de l'identification difficile des plexites et de la méconnaissance des interactions entre système nerveux entérique (SNE) et système immunitaire.

Les objectifs de notre étude étaient de caractériser les acteurs cellulaires des plexites, de phénotyper les lymphocytes T (LT) présents dans les plexites et d’identifier les molécules responsables des interactions entre cellules du SNE et cellules du système immunitaire, afin de faciliter leur identification en routine.

Matériels et méthodes

Analyse ex vivo : 29 patients (20 atteints de MC et 9 atteints d’un cancer colique) ayant eu une résection iléo-colique ont été inclus. Les lames issues de la marge proximale de résection iléo-colique ont été utilisées pour le phénotypage immunohistochimique des cellules gliales entériques (CGE) (S100β), des neurones (Hu) et des LT (CD3, CD4, CD8). L’ensemble des ganglions présents sur les lames ont été identifiés et les LT présents au sein ou à proximité des ganglions ont été comptés. 

Analyse in vitro : Les interactions entre cellules du SNE et cellules du système immunitaire ont été étudiées à l’aide de cultures primaires de CGE co-cultivées avec des LT. Les co-cultures ont été utilisées pour analyser, par immunocytochimie, l’adhérence des LT aux CGE après activation des LT par des anticorps anti-CD3/anti-CD28, et après prétraitement des CGE par des lipopolysaccharides (LPS) ou par un cocktail pro-inflammatoire IL-1β/TNFα (IT). L’expression de molécules d’adhérence (MAdCAM, NCAM et ICAM-1) a été déterminée par PCR quantitative, western blot et immunocytochimie.

Résultats

Les analyses ex vivo ont révélé des contacts cellulaires entre les CGE et les deux sous-types de LT (CD4+ et CD8+). Le nombre de LT par ganglion était significativement supérieur chez les patients atteints de MC (5,6 ± 0,9) en comparaison aux patients contrôles (1,2 ± 0,2) (p<0,001), avec un seuil discriminant de 1,7 LT/ganglion. Le nombre de LT par ganglion était deux fois plus élevé chez les patients atteints de MC récidivante (7,1 ± 1,4) par rapport aux patients n’ayant pas récidivé (3,6 ± 0,9) (p=0,175). Au-delà de 7,7 LT/ganglion, tous les patients récidivaient.

Les analyses in vitro ont révélé une augmentation significative du nombre de LT en contact avec les CGE après un prétraitement des CGE par des LPS ou de l’IT, respectivement d’un facteur 2,7 (± 0,7) (p<0,01) et 2,1 (± 0,3) (p<0,01) par rapport à la condition contrôle. Cette augmentation était accompagnée d'une surexpression de l’ARN d'ICAM-1 d’un facteur 31,8 (± 9,3) (p<0,0001) après prétraitement des CGE par des LPS, et d'un facteur 75,1 (± 30,9) (p<0,0001) après prétraitement des CGE par de l'IT, tandis qu’il n’était pas détecté de surexpression des ARN de MAdCAM et NCAM en condition inflammatoire. Cette forte augmentation de l'expression d'ICAM-1 a été confirmée à l’échelle protéique par western-blot et immunocytochimie.

Discussion

Conclusion

Notre étude a démontré que les conditions inflammatoires augmentaient les interactions entre CGE et LT. Cette augmentation est associée à une surexpression d’ICAM-1, suggérant un rôle du couple ICAM-1/LFA-1 dans la formation des plexites. Des expériences complémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats et envisager à long terme des stratégies thérapeutiques pour prévenir la récidive post-opératoire de la MC.

Remerciements