JFHOD

CO.68 - Prévalence de la stéatose hépatique diagnostiquée par la fonction CAP du FibroScan® chez les patients adressés pour mesure de l’élastométrie pour hépatopathie chronique

M. Ben Cheikh, A. Hssine, I. Doghri, O. Bousnina, L. Kallel

Introduction

La fonction CAP (Controlled Attenuation Parameter) du FibroScan® est un nouvel outil de diagnostic non-invasif permettant de quantifier la stéatose hépatique dans le même temps que celle de l’élastométrie. Elle est basée sur l’atténuation des signaux ultrasonores.

L’objectif de cette étude était d’évaluer la prévalence de la stéatose hépatique chez les patients atteints d’une hépatopathie chronique adressés à notre service pour mesure de leur élastométrie et de déterminer les facteurs associés à la présence d’une stéatopathie.

Matériels et méthodes

Dans une étude prospective transversale, une mesure du CAP a été réalisée à l'aide de la sonde M, ou en cas d’échec ou de résultat non fiable, avec la sonde XL chez tous les patients adressés pour une mesure de leur élastométrie hépatique pour exploration d’une hépatopathie chronique quelque soit son étiologie. La mesure du CAP était quantitative, mesurée en dB/m. Les valeurs seuils utilisées pour le diagnostic d’une stéatose étaient respectivement de 246/242 dB/m pour les sondes M et XL et étaient de 285/286 dB / m pour le diagnostic d’une stéatose sévère selon Lédinghen & al [1].

Résultats

Au total 134 patients ont été inclus, d’âge moyen 49,3 (± 12,9) ans et dont 51,5% étaient des femmes. Quarante-neuf (36,8%) patients étaient infectés par le virus de l'hépatite C (VHC), 46 (34,6%) par le virus de l'hépatite B (VHB), 5 (3,8%) avaient une co-infection VIH-VHC, 2 une co-infection VHB - VHC (1,5%) et 17 (12,8%) avaient une stéatose hépatique non alcoolique.

Trente et un pour cent de nos patients étaient obèses (IMC ≥ 30 kg / m²) et 33% étaient en surpoids (IMC ≥ 25 kg / m²). L'utilisation de la sonde M a permis d'obtenir des résultats fiables dans 91% des cas. Le recours à la sonde XL était nécessaire chez 12 patients.

La valeur moyenne du CAP (± DS) était de 252,9 dB / m (± 58,7) avec une mesure moyenne de l’élasticité hépatique correspondante de 6,3 kPA.

La stéatose hépatique en général et la stéatose sévère en particulier ont été notées respectivement chez 53,7% et 26,1% de nos patients. Les patients atteints d'une hépatite virale avaient une stéatose dans 46% des cas, celle-ci était sévère chez 17,6% d’entre eux. Les patients initialement adressés avec le diagnostic de stéatopathie avaient une stéatose diagnostiquée aussi par le CAP dans 94% des cas. Cette stéatose était sévère dans 70,6% des cas.

Les valeurs du CAP étaient significativement corrélées avec l'indice de masse corporelle (r = 0,62, p <0,001). En revanche, il n'y avait pas de corrélation entre les valeurs du CAP et l'âge, le sexe ou l'étiologie de l’hépatopathie ni avec la glycémie, la trigylcéridémie, le taux de cholestérol, les enzymes hépatiques,

Soixante-trois pour cent (63%) des patients atteints d’une stéatose et 46% de ceux atteints d'une stéatose sévère, telle que diagnostiqué avec le CAP, ne présentaient pas de stéatose hépatique à l'échographie. Inversement, 98% des patients ne présentant pas de stéatose hépatique selon le CAP, ne présentaient pas de stéatose hépatique à l'échographie non plus

Discussion

Conclusion

La stéatose hépatique diagnostiquée par la fonction CAP du Fibroscan est présente chez plus de la moitié de nos patients, toutes causes d’hépatopathies confondues et une stéatose hépatique sévère est présente chez un quart des patients. La prise en charge de la maladie hépatique sous-jacente ne doit pas négliger la prise en charge de la stéatose associée. Ce travail montre par ailleurs la limite de l’échographie dans le diagnostic de la stéatose, surtout si le radiologue n’est pas sensibilisé pour la rechercher. 

Remerciements