JFHOD

P.255 - Prise en charge de l’infection à Helicobacter pylori, place du gastroentérologue et du médecin généraliste : une étude pilote d’évaluation des pratiques

B. Bugnot

Introduction

L’infection par Helicobacter pylori(H. pylori), principal facteur de risque de l’adénocarcinome gastrique, touche 50% de la population mondiale. Son éradication, tenant compte de l’évolution rapide de l’antibio-résistance,est un enjeu de santé publique, trop souvent négligée. En Haute Saône, le diagnostic histologique de l’infection est réalisé lors d’une gastroscopie alors que le traitement et le contrôle d’éradication sont prescrits par le médecin traitant. Une prise en charge dédiée, hospitalière, des patients dont l’infection par H. pylori a été prouvée histologiquement, permet-elle d’améliorer le taux d’éradication ?

Matériels et méthodes

Recueil rétrospectif des caractéristiques des patients infectés par H. pylori, des lésions endoscopiques, du nombre de patients traités, du taux d’éradication et du suivi biologique et endoscopique proposé, afin de comparer le groupe 1 : infection diagnostiquée entre le 1eraout 2017 et le 31 juillet 2018, dont le médecin généraliste était destinataire d’une proposition de traitement ; et le groupe 2 : infection diagnostiquée entre le 1eraout 2018 et le 31 juillet 2019, groupe de patients à qui une consultation d’éradication spécialisée hospitalière était proposée. 

Résultats

Un total de 159 patients a été analysé. Parmi les 65 patients du groupe 1, 80% ont été traités et parmi les 88 patients du groupe 2, 82,5% des patients ont été traités (p=1). Dans le premier groupe, 35 patients (53,8%) ont réalisé un test de contrôle d’éradication Helikit® contre 45 patients (51,1%) du groupe 2 (p=0,93). Le taux d’éradication n’était pas différent dans le groupe 1 (50,8%) et le groupe 2 (50%), (p=0,48). Le suivi biologique et endoscopique proposé était adapté aux recommandations pour 34 patients (52,3%) du groupe 1 et pour 45 patients (51,1%) du groupe 2.

Discussion

Conclusion

Dans cette étude, la prise en charge spécialisée hospitalière ne permet pas un meilleur taux d’éradication d’H. pylori. Un meilleur lien ville-hôpital est nécessaire pour assurer une efficacité au long terme de l’éradication d’H. pylori. Plus qu’une modification du médecin prescripteur, c’est l’éducation thérapeutique du patient qui est à privilégier.

Remerciements